Nantes: MiniGroup surfe sur le succès grâce à la vente de drones

PHENOMENE La société basée à Treiillières connaît une forte croissance avec ses drones dédiés aux particuliers et aux professionnels...

Frédéric Brenon

— 

Jacques Guerreau, idirecteur de MiniGroup, leader français du e-commerce des drones et du modélisme, ici avec un drone modèle Phantom 2
Jacques Guerreau, idirecteur de MiniGroup, leader français du e-commerce des drones et du modélisme, ici avec un drone modèle Phantom 2 — F. Brenon / 20Minutes

Elle est spécialisée dans la vente d'engins miniatures mais sa croissance, elle, est plutôt du genre géante. Installée depuis 2012 à Treillières, où elle emploie 17 salariés et dispose d’un vaste magasin-entrepôt, la société MiniGroup ne connaît pas la crise grâce à son positionnement sur le marché des drones.

«On est à l'aube d'un développement énorme»

Apparus en France il y a à peine plus de deux ans, ces engins volants téléguidés, dotés généralement de quatre hélices, ont très rapidement séduit les consommateurs avertis ou débutants, grâce à leur facilité de pilotage et leur électronique embarqué.

Plusieurs milliers de drones ont ainsi déjà été livrés par Droneshop, le site de vente en ligne spécialisé créé par MiniGroup. «L’activité progresse de 30 % par an en moyenne. Et ça ne va pas s’arrêter. On est à l’aube d’un développement énorme de l’utilisation des drones », prédit Jacques Guerreau, directeur de MiniGroup.

Des drones pour le loisir ou pour les pros

Les clients se divisent pour l’instant en deux catégories: les passionnés cherchant surtout à s’amuser et les professionnels ayant des besoins spécifiques. Les prix, eux, peuvent varier de 29 euros le mini drone à près de 15.000 euros le prototype ultra-performant. 

«Le drone de loisir est accessible à partir de 14 ans, explique Jacques Guerreau. Il est surtout utilisé pour le plaisir du pilotage et pour les prises de vue. D’un coup, on peut facilement faire des photos ou films aériens qui n’étaient avant réservés qu’à une élite puisqu’il fallait un hélico! Les entreprises nous sollicitent elles aussi beaucoup pour des photographies (publicité, audiovisuel, etc.) mais un drone peut également servir à inspecter des panneaux solaires, contrôler l’irrigation d’un champ ou surveiller des travaux.» Dans ces cas de figure, MiniGroup quitte son costume de revendeur pour enfiler celui de concepteur de modèles sur mesure. «Les demandes sont très diverses et la technologie évolue sans cesse. C'est passionnant, on ne s’ennuie jamais», sourit Jacques Guerreau.

Démonstration de vol d'un drone modèle Phantom, vendu au grand public au prix de 599 euros - F. Brenon / 20 Minutes

Outre le marché du drone, MiniGroup est l'un des plus gros distributeurs français de modélisme grâce à son enseigne FXModel et à son site Internet Miniplanes.fr. Une activité qui représente encore aujourd'hui 75% de son chiffre d'affaires.

Une école de pilotage parmi les projets

Jacques Guerreau et MiniGroup ont pour projet d’ouvrir dès 2015 une Drone academy. Basée à Nantes, cette école formera les professionnels et particuliers au pilotage de drones, à leur maintenance, ainsi qu’aux règles de sécurité et aux autorisations de vol. MiniGroup projette aussi de créer une revue dédiée aux drones et d’ouvrir à Paris la première boutique de France entièrement dédiée à la vente de drones (avec une vingtaine de références).