Nantes: Centre-ville bondé pour la première ouverture des commerces le dimanche

ECONOMIE La plupart des boutiques du centre-ville ont ouvert leurs portes entre 14h et 19h ce dimanche. Une première dans la Cité des ducs...

Frédéric Brenon

— 

La foule quartier Decré ce dimanche après-midi.
La foule quartier Decré ce dimanche après-midi. — F. Brenon / 20 MInutes

Des embouteillages pour accéder aux portes du centre-ville, des rues piétonnes noires de monde: non, ce dimanche après-midi n'avait rien d'habituel à Nantes. Il faut dire qu'outre l'attrait des marchés et décorations de Noël, l'événement du jour était l'ouverture des commerces (hors supermarchés).

Une première dans la Cité des ducs, autorisée par la municipalité après des années de refus opposés aux demandes des associations de commerçants. Le feu vert est toutefois limité aux deux dimanches précédant Noël, de 14h à 19h uniquement.

La circulation dans le passage Pommeraye était compliquée ce dimanche après-midi. - F. Brenon/20 Minutes

 

En centre-ville, la grande majorité des boutiques ont saisi l’occasion d’ouvrir leurs portes. Et le public a répondu présent. La rue Crébillon, la rue de la Paix, le passage Pommeraye ou le quartier Decré grouillaient de piétons. «Nous sommes ravies de la fréquentation. Il y avait visiblement une attente», se réjouit Marlène, conseillère parfumerie aux Galeries Lafayette, qui dit ne pas être dérangée du tout de travailler un dimanche dans ces circonstances. «On ne s’attendait pas à autant de monde, confie Patricia, vendeuse au Petit bonhomme de bois. On ne regrette pas d’avoir ouvert, d’autant plus que les clients consomment.» Ludovic, cafetier, est lui aussi surpris. «On ne savait pas trop ce que ça allait donner. En fait, c’est aussi bien qu’un samedi.»

Davantage de promeneurs que de clients?

Mais l’enthousiasme n’est pas unanime. Chez Moulin Roty, Danielle, responsable de la boutique, constate que «le chiffre d’affaires n’a rien de fracassant»: «Beaucoup de gens ne sont pas des habitués du centre-ville et sont venus par curiosité. Rien à voir avec un samedi.» Plusieurs autres commerçants déplorent également un fort contingent de promeneurs, plutôt que des clients dépensiers. «Ça dépense vraiment peu, c’est décevant, bougonne une vendeuse de prêt-à-porter haut de gamme. Les clients se donnent peut-être encore du temps avant de se décider pour leurs achats de Noël.»

La foule rue Crébillon. - F. Brenon/20 Minutes

Du côté des clients, beaucoup avouent en effet n'avoir pas forcément l'intention d'acheter. «On fait surtout du repérage, rapporte Emeline accompagnée de sa sœur. J'achèterai peut-être quelque chose si j'ai un coup de cœur mais ce n'est pas sûr du tout. Comme le budget est limité, on préfère ne pas se tromper. » «Le samedi, on est souvent bloqué par les activités des enfants, raconte Krystel. On vient donc aujourd'hui profiter en famille du marché de Noël et d'un centre-ville animé, pas spécialement pour dépenser. Cette ouverture est une bonne initiative, si les employés y trouvent leur compte et que cela reste exceptionnel.»