Volley: Trois bonnes raisons d’aller encourager les Nantaises contre un ténor européen

SPORT Ce mardi soir (20h), à Mangin-Beaulieu, le VB Nantes accueille Istanbul en Ligue des champions. «20 Minutes» vous explique pourquoi il faut aller voir cette rencontre pas comme les autres…

David Phelippeau

— 

Et si les filles du VB Nantes créaient l'exploit, ce mardi soir, à Mangin ?
Et si les filles du VB Nantes créaient l'exploit, ce mardi soir, à Mangin ? — Pierre Minier / Ouest Médias / SIPA

Ce mardi soir (20 h), à Mangin-Beaulieu, les volleyeuses nantaises jouent leur troisième match de poule de la Ligue des champions, la Coupe d’Europe la plus huppée de la discipline, contre Fenerbahce Istanbul. 20 Minutes vous donne trois bonnes raisons de venir encourager les Nantaises...

1. Un ténor du volley européen à voir à tout prix

Vainqueur de la Ligue des champions il y a deux ans face à Cannes, Istanbul a gagné la CEV, la deuxième Coupe d’Europe la saison dernière. «C’est ce qui se fait de mieux en Europe, estime l’entraîneur nantais Sylvain Quinquis. Le public doit profiter un maximum de cette équipe car on n’aura peut-être pas l’occasion de recevoir une formation de ce niveau-là de sitôt.» Alors que le budget du VB Nantes s’élève à un million d’euros, celui du club turc culmine à dix millions.

2. Des joueuses d’un très grand niveau à voir à tout prix

A Istanbul, il y a tout d’abord la Sud-Coréenne Kim Yeon-Koung, «une des meilleures joueuses du monde», selon Quinquis. Et une des mieux payées au monde: 800.000 euros l’année. La Française Christina Bauer (centrale) vaut aussi le déplacement. «La meilleure française», lance Quinquis. Enfin, zoom sur une joueuse «hors-norme»: la Colombienne Madelaynne Montano. «Elle touche à 3,30 m à l’attaque. Le filet est à 2,20 m, elle est donc plus d’un mètre au-dessus!» Ahurissant.

3. Un exploit (possible?) à voir à tout prix.

Deux défaites seulement depuis le début de la saison toutes compétitions confondues. Le VB Nantes n’en finit plus de surprendre. Et pourquoi pas un autre exploit après avoir fait chuter Cannes en Ligue A? «On n’a pas de pression car on est largement outsider, dédramatise Quinquis. On n’a rien à perdre, on doit jouer totalement libéré. On va opposer notre collectif à leurs individualités.»

Tarif plein: 10 euros et tarif réduit: 6 euros. Gratuit pour les moins de 12 ans.