FC Nantes: Pierre Ménès parle d’un «show Bastien» en défaveur des Canaris…

FOOTBALL Pour beaucoup d’observateurs, les Nantais, battus (2-1) à Paris samedi, peuvent se sentir lésés par les décisions de l’arbitre Monsieur Bastien…

David Phelippeau

— 

Bammou face à Chantôme, samedi, au Parc.
Bammou face à Chantôme, samedi, au Parc. — J.E.E/SIPA

L’arbitrage de Monsieur Bastien, lors de Paris-Nantes, fait beaucoup parler. A la 11e minute, alors que le FCN mène 0-1, Nkoudou part en contre et élimine Verratti. L’Italien, dépassé par la vitesse du Nantais stoppe Nkoudou en le taclant au niveau de la hanche… L’arbitre lui donne un carton… jaune. Dans la foulée, Djilobodji marque sur le coup franc de Veretout. Le but est toutefois annulé en raison d’une présumée faute de Vizcarrondo sur Thiago-Silva.

Problème d'uniformités des décisions arbitrales

«On a eu droit au «show Bastien», raconte sur son blog le consultant de Canal + Pierre Ménès. L’arbitre a commencé par ne pas expulser Verratti pour un tacle assez dangereux sur Nkoudou. Alors ma position, c’est qu’effectivement la faute volontaire peut valoir un simple carton jaune - mais jaune-orangé, quand même. Le problème c’est que le petit Italien lève le pied très haut. Et lors de PSG-Bordeaux, Poko avait pris un rouge direct pour une faute du même genre sur… Verratti. Toujours ce problème d’uniformité des décisions arbitrales.»

Verratti aurait dû être expulsé

Un avis confirmé par l’ancien arbitre Bruno Derrien dans L’Equipe. «Monsieur Bastien aurait dû exclure Verratti», conclut-il.

Quant au but refusé à Djilobodji, Pierre Ménès estime que les Nantais ont une nouvelle fois raison de se plaindre: «Sur le coup franc consécutif à la faute, il va refuser le but de Djilobodji pour une présumée faute de Vizcarrondo sur Thiago Silva. Alors sur ce cas, j’ai un peu revu ma position par rapport à ce que j’ai tweeté à chaud. Oh, il y a bien faute du défenseur vénézuélien sur le défenseur brésilien. Le problème, c’est qu’au départ de l’action il y a faute de Rabiot sur Vizcarrondo…» 

Et si Nantes avait mené 0-2 et Paris avait été réduit à 10

Bruno Derrien parle, lui, d’ «une micro-faute pour une macro-sanction». Et l’ancien arbitre de conclure: «A 0-2 et à dix contre onze, le match aurait été complètement différent pour Paris.»