A Nantes, Marguerite lance l'autopartage sans engagement

TRANSPORTS La société privée espère relancer la pratique de l'autopartage à Nantes avec sa nouvelle formule sans engagement...

Frédéric Brenon

— 

Arnault Lebeaupin et Tony Lesaffre, responsable du service d'autopartage Marguerite.
Arnault Lebeaupin et Tony Lesaffre, responsable du service d'autopartage Marguerite. — F. Brenon / 20 Minutes

Six ans après sa création à Nantes, la société Marguerite espère faire décoller la pratique de l'autopartage en ouvrant pour la première fois ses services aux non-abonnés.L'entreprise, qui dispose d'une flotte de 35 voitures en libre-service, fait en effet sa petite révolution en lançant, depuis fin novembre, une nouvelle formule sans engagement. 

Finis les 12 euros mensuels imposés aux utilisateurs, seul l'usage (10 euros l'heure + 0,5 euro le kilomètre) sera facturé à ceux qui le souhaitent.

Une 28e station bientôt créée

«Dans ce contexte de crise économique, on s'est rendu compte que la formule abonnement pouvait être un frein, explique Arnault Lebeaupin, responsable commercial de Marguerite. Avec cette offre, on espère toucher un nouveau public qui n'a pas un besoin régulier de voiture et ne veut payer qu'à la consommation.»

Autres nouveautés: l'inscription au service peut désormais se faire à distance et un service de renseignement en direct parc tchat est proposé sur le site Internet de Marguerite. Une 28ème station sera également créée quartier Saint-Clément d'ici une semaine.

Un nombre d'abonnés peu spectaculaire

L'entreprise, qui fonctionne sans subvention publique, compte à ce jour 850 abonnés. Un bilan mitigé, qui ne lui permet pas encore d'être à l'équilibre. «Il y a une grosse marge de progression, concède Tony Lesaffre, gérant de Marguerite et d'Europcar à Nantes. Mais il faut bien comprendre que nous sommes dans l'évangélisation. Convaincre un automobiliste de vendre sa voiture pour en partager une autre et utiliser les transports en commun, c'est un parcours long et difficile.»

Pour 2015, Marguerite envisage au moins quatre nouvelles ouvertures de stations à Nantes. Des contacts avec les autres communes de l'agglomération sont également engagés dans le but d'y installer des voitures Marguerite (en dehors de Nantes, seul Rezé compte une station).