La fac en quête du meilleur casting

UNIVERSITE Il sera un «bon président», a prédit son prédécesseur, François Resche. Yves Le­cointe, nouveau président de...

G. Frouin

— 

Yves Lecointe, le nouveau président de l’université de Nantes.
Yves Lecointe, le nouveau président de l’université de Nantes. — J.S. EVRARD / 20 MINUTES

Il sera un « bon président », a prédit son prédécesseur, François Resche. Yves Le­cointe, nouveau président de l'université de Nantes, a dévoilé hier les grandes lignes de sa politique générale. Une politique qui va dépendre pour beaucoup du futur contrat quadriennal 2007-2011, qui sera négocié avec l'Etat dès cet automne.Dans ce cadre, l'université de Nantes a déjà ficelé un projet d'établissement. Celui-ci entend développer « les formations qui débouchent sur des métiers porteurs d'emploi », comme la gérontologie ou le tourisme international. Pour autant, « nous n'allons pas nous transformer en université professionnalisante, précise Yves Lecointe. Notre mission première reste la transmission des savoirs. »Cet ancien professeur de l'école polytechnique nantaise espère aussi remédier au ­« paquet d'étudiants » qui échouent en première année de fac. « Beaucoup d'abandons sont dus à une mauvaise information, analyse l'ancien premier vice-président de l'équipe Resche. Pour aller en socio, peu de lycéens savent qu'il faut maîtriser les maths et les statistiques. » Afin d'éviter ces « erreurs de casting », des pistes sont donc envisagées. Une meilleure information, « directement dans les lycées », va être mise en oeuvre. Un tutorat avec les profs pourrait aussi voir le jour, pour les étudiants de première année déboussolés par le système universitaire. Des « reconversions » dès la fin du premier semestre sont par ailleurs déjà possibles, mais « peu connues », regrette Yves Lecointe.

psycho Seuls les lycéens de Loire-Atlantique et de Vendée peuvent s'inscrire en fac de psycho. Avec cette « sectorisation géographique », les abandons en 1re année ont diminué de moitié.