FC Nantes: «Il ne faut pas commencer à se taper dessus!», insiste Vincent Bessat

INTERVIEW Le milieu de terrain nantais avoue que sa formation est dans une mauvaise passe et appelle à l’union sacrée…

David Phelippeau

— 

Le milieu de terrain du FC NantesVincent Bessat.

Credit:Pierre Minier/Ouest Medias/Sipa/OUESTMEDIAS_1445.37/Credit:Pierre Minier/Ouest Media/SIPA/1411241505
Le milieu de terrain du FC NantesVincent Bessat. Credit:Pierre Minier/Ouest Medias/Sipa/OUESTMEDIAS_1445.37/Credit:Pierre Minier/Ouest Media/SIPA/1411241505 — SIPA

Il y a une semaine, Nantes était meilleure défense de L1 et 4e de l’élite. Deux revers – à Marseille (2-0) vendredi et Toulouse (1-2) mardi – ont suffi à faire voler en éclat ces excellentes statistiques. Les Canaris sont classés 7es désormais et leur fébrilité dans de nombreux secteurs de jeu aperçue contre le TFC, mardi, n’augure rien de bon avant un déplacement très périlleux à Paris, samedi. Le milieu de terrain Vincent Bessat prône l’union sacrée dans ce moment difficile et peste contre ceux (certains journalistes?) qui ne souhaitent qu’une chose: le déclin du FC Nantes.

Avez-vous digéré votre revers (1-2) contre Toulouse de mardi soir?

Il faut vite évacuer tout ça. On a un match important samedi. Ça ne va pas être évident car c’est le PSG avec tout ce qui va avec, mais il y a trois points à prendre.

Votre coéquipier Jordan Veretout a dit, mardi soir, après le revers contre le TFC, que certains joueurs avaient peut-être déjà la tête au match du PSG…

On ne va pas commencer à créer des psychoses parce qu’on a perdu. Il ne faut pas créer des problèmes dans le groupe. On est un groupe soudé, on l’a toujours dit et ça va continuer comme ça. Il y a des cycles dans une saison. On est dans une partie de saison où ça va un peu moins bien, mais il ne faut pas commencer à se taper dessus et à se rejeter la faute entre nous. Il faut se serrer les coudes et croire en nous. Il n’y a pas de raisons que ça tourne pour nous dans le mauvais sens du jour au lendemain. Il faut stopper l’hémorragie le plus vite possible.

Mais il n’y a pas le feu au lac non plus, il y a encore une semaine vous étiez 4es de L1…

Je suis content que vous disiez ça… Quand je lis certains trucs, on dirait qu’il y a le feu au lac. Il y a une semaine, on était en haut, là, on n’y est plus. Il ne faut pas tout remettre en cause et noircir tout…

On sent que l’équipe est vraiment dans le dur…

Oui, mais on a joué à Marseille et là, on va à Paris. Après, c’est vrai, on a raté notre match contre Toulouse. Il faut vite redresser la tête.

C’est l’un des premiers matchs de la saison que vous ratez dans les plus grandes largeurs…

Je pense que c’est notre premier match raté de la saison, c’est vrai.  Il n’y a qu’à Marseille où on est tombés sur plus fort que nous. Aucune équipe n’a vraiment été plus forte que nous depuis le début de la saison.

Paris n’est pas le meilleur endroit pour se refaire une santé mentale?

Si on perd ça fera une 3e défaite d’affilée et là, ça va partir dans tous les sens. Il y en a qui attendent que ça, pas tout le monde, mais certains n’attendent que ça. C’est Nantes. On n’est pas dans un petit club. Le FCN a beaucoup d’impact médiatique. Il y a beaucoup d’engouement autour du club. A nous de faire le meilleur match possible et de montrer un très beau visage. On ne doit pas non plus penser au match de la saison dernière (défaite 5-0 au Parc). Les années se suivent et ne se ressemblent pas forcément.