Elie Baup: «Le FC Nantes finira dans la première moitié du tableau, c’est clair»

FOOTBALL Aujourd’hui consultant pour Bein Sport, Elie Baup évoque son passage au FC Nantes...

Propos recueillis par Charles Guyard

— 

Elie Baup
Elie Baup — Pol Emile / SIPA

A la lecture du calendrier actuel des Canaris le nom d’Elie Baup revient forcément. Celui qui a entraîné Saintt-Etienne, Marseille, Toulouse et Bordeaux parle du FC Nantes.

Comment analysez-vous le parcours du FC Nantes?

C’est un très bon début de saison, plaisant. Michel Der Zakarian y fait du très bon boulot. Tout ce qu’un éducateur a envie de faire passer, il y parvient. Il y a des séquences de jeu intéressantes même s’il lui manque un peu de justesse pour finir les actions. Le FCN a perdu à Marseille, mais il défend très bien à l’image de Djilobodji.

L’équipe est cohérente, bien organisée tactiquement pour gêner toutes les autres. Elle essaie de produire du jeu avec notamment Veretout, sa plaque tournante offensive, Hansen, Bammou et NKoudou. Quant à son gardien, on n’en parle pas souvent mais il fait de supers matches, comme contre Saint-Etienne. Il est toujours présent.

Pourquoi ça fonctionne aujourd’hui là où ça n’a pas marché quand vous en étiez l’entraîneur (2008-2009)?

C’était brutal à l’époque, entre les montées et les descentes, il fallait que les gens s’apaisent autour de l’équipe. Nantes faisait partie des grands du foot français avec un style de jeu, des joueurs et des entraîneurs connus, des titres, et il y a eu cette chute. Il fallait retrouver tout de suite la gloire d’antan, or il fallait surtout du temps pour reconstruire. Aujourd’hui, le président Kita et son fils réussissent leur pari.

Avez-vous des regrets?

C’est toujours ennuyeux de vivre des moments difficiles mais ça a servi à tout le monde. Pour en arriver à ce renouveau, il fallait passer par des étapes douloureuses, dommage pour ceux qui les ont vécues mais le club est toujours là, et il n’y a rien de plus important.

Redeviendrez-vous entraîneur?

Oui, je le pense, je l’espère. Ca va faire un an que je me suis arrêté [il a été limogé après la défaite de l’OM face à Nantes 1-0 le 7 décembre 2013]. En plus, en ayant vécu ce que j’ai vécu à Marseille, avec des résultats de qualité. A la fin c’était un peu compliqué à cause de la Ligue des champions mais la première saison on a fait un beau parcours. Ca reste positif.

Nantes se maintiendra-t-il en L1?

Il n’y a même pas à se poser la question. Je ne sais pas à quelle place, mais Nantes finira dans la première moitié du tableau, c’est clair!