La France suspend la livraison du Mistral à la Russie «jusqu'à nouvel ordre»

DEFENSE Le chef de l'Etat considère que la situation actuelle ne permet toujours pas la livraison du premier navire de guerre, construit à Saint-Nazaire...

20 Minutes avec AFP

— 

A Saint-Nazaire, le 4 septembre 2014 - Deux ouvriers du chantiers stx de saint nazaire passent devant le vladivostok
A Saint-Nazaire, le 4 septembre 2014 - Deux ouvriers du chantiers stx de saint nazaire passent devant le vladivostok — Julie Urbach / 20 Minutes

La France a décidé mardi de surseoir «jusqu'à nouvel ordre» à la livraison du premier navire bâtiment militaire Mistral à la Russie en raison de la situation en Ukraine, a annoncé l'Elysée mardi.

«Le président de la République considère que la situation actuelle dans l'est de l'Ukraine ne permet toujours pas la livraison du premier BPC (Bâtiment de projection et de combat). Il a donc estimé qu'il convenait de surseoir, jusqu'à nouvel ordre, à l'examen de la demande d'autorisation nécessaire à l'exportation du premier BPC à la Fédération de Russie», déclare l'Elysée dans un communiqué. Le «Vladivostok», construit aux chantiers STX de Saint-Nazaire, devait initialement être livré en octobre.

La Russie «attend avec patience»

La Russie ne va pas «pour l'instant» poursuivre en justice la France, a déclaré un vice-ministre russe de la Défense, Iouri Borissov. «Nous allons attendre avec patience» la livraison, a-t-il affirmé, cité par l'agence publique Ria Novosti. «Pour l'instant, nous n'intentons aucune action» en justice contre la France, a-t-il ajouté.