Nantes: Des riders appellent à manifester au skatepark ce samedi

EQUIPEMENTS Un collectif accuse la direction du skatepark Le Hangar, situé praire de Mauves, de «nuire au développement de la scène des sports extrêmes à Nantes». Un rassemblement est prévu samedi...

Julie Urbach
Illustration skateboar (AP Photo/Aaron Favila)/XAF104/229338470763/STAND ALONE/1410121135
Illustration skateboar (AP Photo/Aaron Favila)/XAF104/229338470763/STAND ALONE/1410121135 — Aaron Favila/AP/SIPA

Ça ne roule plus vraiment entre les usagers du skatepark le Hangar et l’association qui gère l’établissement, la fédération des amicales laïques (FAL 44). A tel point que des «riders» appellent à manifester sur les lieux, ce samedi à 14h.

Des dysfonctionnements

La raison de cette mobilisation: un «profond désaccord» sur la façon dont est gérée la structure, située prairie de Mauves et présentée comme le plus grand skatepark couvert associatif d'Europe. Les skateurs dénoncent des «équipements vieillissants» ou encore un «éclairage insuffisant». Des dysfonctionnements qui «nuiraient au développement de la scène des sports extrêmes à Nantes» et auraient un impact sur la fréquentation.

«C’est vrai que nous avons une baisse du nombre d’adhérents, mais ce n’est pas si terrible, se défend Patrick Maurieras, le directeur de la FAL 44. Les modules sont certes vieillissants mais ils sont toujours entretenus. Malgré son âge avancé, le Hangar reste une référence et est encore très jalousé.»

Quel nouveau projet?

Des arguments que réfute le collectif de riders sur sa page Facebook intitulée Hangar: faut que ça change, qui comptait ce vendredi soir près de 2.500 «likes». Ce que veulent désormais les manifestants? «Le départ du gestionnaire». «Nous sommes déterminés à aller jusqu’au bout de notre démarche afin que Nantes retrouve un vrai projet démocratique, fédérateur, ambitieux», assurent-ils.

«Nous travaillons sur un nouveau projet avec la ville pour satisfaire tous les pratiquants, y compris ceux de haut niveau. Mais pour cela, il nous faut du temps et de l’argent», réagit Patrick Maurieras.

Le directeur estime que le skatepark aurait intérêt à être déplacé «dans un site beaucoup plus accessible en transports en commun». «L’endroit n’aura pas besoin d’être forcément aussi grand. Mais il faudrait quelque chose de beaucoup plus modulable, qui propose des espaces en intérieur et en extérieur.»