HBC Nantes: «On a perdu un point, bien sûr», lâche Thierry Anti

HANDBALL L’entraîneur nantais a du mal à comprendre comment son équipe n’a pas gagné jeudi à Toulouse, en D1 (25-25)…

Propos recueillis par Nicolas Stival

— 

L'entraîneur du HBC Nantes Thierry Anti.
L'entraîneur du HBC Nantes Thierry Anti. — Pierre Minier / Ouest Médias / SIPA

Même pas énervé. Thierry Anti est presque fataliste au moment d’analyser le match nul du HBC Nantes à Toulouse (25-25), jeudi, à l’issue d’un incroyable épilogue. Alors qu’il menait 20-25 à neuf minutes de la fin, avec un très bon Gorazd Skof dans les cages (14 arrêts au total), le «H» a laissé passer une victoire qui ne semblait pas pouvoir lui échapper. Et raté une occasion de revenir à hauteur de Saint-Raphaël, dauphin du leader Montpellier

Est-ce la frustration qui domine après un tel match ?

Oui, bien sûr. Il y a une grosse déception parce qu’avec nos moyens actuels, on n’avait pas trop mal construit le match. On avait réussi à faire complètement déjouer une équipe de Toulouse que je n’ai pas reconnue. On leur a posé des problèmes au niveau défensif.

On mène tout le match et on ne gagne pas car il y a trop de tirs immanquables ratés. Je compte au moins cinq occasions nettes qu’on ne met pas, et Toulouse, en supériorité numérique bien sévère, vient chercher l’égalisation. On a perdu un point, bien sûr. Je n’aurais sûrement pas dit ça avant le match. Mais à l’issue de la rencontre oui, je suis déçu.

A neuf minutes de la fin, à 20-25 pour Nantes, on voyait mal comment la situation pouvait s’inverser….

Et oui, mais ça s’est inversé. On n’a plus marqué un but. A ce niveau-là, ce n’est pas possible.

Les joueurs ont pourtant tout fait pour aller chercher ce succès…

Oui, mais il y a des matchs où il se passe des choses pas si rationnelles que ça. Je n’imaginais pas, vu notre match, que l’on ne marquerait pas un but lors des neuf dernières minutes. C’est difficilement concevable, mais c'est ainsi. J’aurais invoqué la fatigue, car on manquait de rotations, si on n’avait pas eu d’occasions de but. Mais on en a eu. C’est désolant mais ça s’est passé comme cela.

Est-ce que ce dénouement peut avoir des conséquences psychologiques pour la suite ?

J’espère quand même que ce genre de mésaventures ne se reproduira pas souvent. Mais ce soir (jeudi), les joueurs doivent être atteints mentalement. Ils se sont battus avec beaucoup de courage, en essayant de construire les choses intelligemment… C’est frustrant de ne pas avoir gagné.

Vous ratez aussi l’occasion de recoller à la deuxième place…

Oui, mais le championnat va être encore long. On voulait récupérer les deux points perdus à domicile contre Chambéry (29-30), on en a récupéré un seul. On essaiera d’aller en chercher un autre ailleurs.

Coupe de la Ligue

Nantes rencontrera Cesson-Rennes, en demi-finale de la Coupe de la Ligue. Le tirage au sort a eu lieu à la mi-temps du match de D1 entre Toulouse et Nantes. L’autre demie opposera Toulouse à Dunkerque. Le «final four» se disputera les 28 et 29 mars 2015, dans une ville restant à définir. Nantes et Rouen postulent pour l’accueillir. Réponse le 2 décembre.