VB Nantes: «Un rêve qu’on ne pensait pas toucher si tôt…», selon la présidente Monique Bernard

INTERVIEW Le club de volley féminin de Nantes, qui a battu l’invincible Cannes samedi, débute sa campagne de Ligue des champions, ce mercredi (15 h, heure française), en Azerbaïdjan…

David Phelippeau

— 

NANTES, le 16/09/2013 Monique BERNARD, presidente du club de volley feminin de Nantes
NANTES, le 16/09/2013 Monique BERNARD, presidente du club de volley feminin de Nantes — FABRICE ELSNER/20MINUTES

Une semaine historique. Alors que le VB Nantes a réalisé l’incroyable exploit de faire tomber (3-2) Cannes samedi en championnat, il poursuit sa semaine riche en émotions avec son premier match de Ligue des champions à Bakou, en Azerbaïdjan. Entretien avec Monique Bernard, la présidente du club de volley féminin de Nantes, qui est aux anges.

C’est une incroyable semaine pour vous...

C’est évident. C’est une première pour le club d’avoir battu Cannes et de participer à la Ligue des champions. C’est un rêve qui se réalise, on ne pensait pas le toucher aussi tôt. C’est une vraie surprise mais en même temps, c’est la récompense du travail fait depuis des années.

Vaincre Cannes (meilleur club français depuis plus de 20 ans). En aviez-vous déjà rêvé?

On a réussi à battre nos idoles, le club qui a permis au volley féminin de faire parler de lui en France. Il y a très longtemps, quand on était en N2, on les avait reçus en Coupe de France. C’était la fête pour nous. Dans chaque set, on n’avait pas dépassé les dix points...

Vous avez changé de dimension?

Non, ça ne nous ressemble pas ça. Ce n’est pas parce qu’on a obtenu ce succès que tout est acquis. On est sur le chemin. Samedi, j’avais l’impression que Cannes c’était nous. Elles sont en construction, nous, on a une équipe solidaire et bien huilée.

Quel est votre objectif en Ligue des champions?

On reste mesuré. On sait qu’il y a deux cadors du volley européens dans notre poule (Bakou et Istanbul). Ces deux clubs sont sur une autre planète, avec des budgets énormes. Les Roumaines de Bacau sont peut-être à notre portée et donc l’objectif de la 3e place est possible. On veut continuer l’aventure européenne le plus longtemps possible.