Notre-Dame-des-Landes: Une marche «contre les violences policières» ce samedi

MANIFESTATION Une semaine après les violents débordements à Nantes, toutes les composantes anti-aéroport appellent cette fois à manifester...

Frédéric Brenon

— 

Manifestation en hommage a Remi Fraisse et contre les violences policieres. Nantes le 01 11 2014.
:SALOM GOMIS SEBASTIEN/SIPA/
Manifestation en hommage a Remi Fraisse et contre les violences policieres. Nantes le 01 11 2014. :SALOM GOMIS SEBASTIEN/SIPA/ — SIPA

Près de deux semaines après la mort de Rémi Fraisse, ce militant écologiste tué par une grenade de gendarmes sur le site du barrage de Sivens (Tarn), une nouvelle manifestation «contre les violences policières» est prévue ce samedi, à 14h, à Notre-Dame-des-Landes.

Avec les Zadistes, l'Acipa et les Verts

Organisé par le COPAIN 44, collectif d'agriculteurs opposés au projet d'aéroport, le rassemblement prendra la forme d'une «marche solidaire» sur la future zone aéroportuaire entre le Sabot, la forêt de Rohanne et la Chateigne, «lieu où nous avons subi la même violence policière en 2012» indique le collectif. 

Contrairement à la manifestation de samedi dernier à Nantes, les différentes composantes du mouvement anti-aéroport appellent à y participer: l'Acipa, le CedPa, l'Adeca, Attac, mais aussi le Parti de gauche et Europe écologie-Les Verts. Les occupants de la ZAD (Zone à défendre) seront présents.

Le «danger» des armes non létales

«Ici, à Notre-Dame-des-Landes, nous avons subi la violence policière, particulièrement lors de la tentative d'expulsion de la zone fin 2012. Nous connaissons et dénonçons le danger que représentent les armes prétendument non létales de la police», indiquent les participants dans un communiqué commun. «Nous refusons de nous laisser intimider et continuerons à lutter, ensemble, contre ce projet d'aéroport destructeur et réaffirmons notre solidarité avec les personnes en lutte au Testet, contre l'usine des 1000 vaches et ailleurs», poursuivent-ils.

Les deux dernières manifestations «contre les violences policières», la semaine dernière à Nantes, avaient été entachées par de nombreuses dégradations sur les commerces et le mobilier urbain, ainsi que par de violents affrontements avec les forces de l'ordre.