FC Nantes: «Avec Yacine Bammou, on faisait des un contre un dans l’entrepôt de la boutique du PSG»

FOOTBALL Proches, anciens partenaires ou entraîneurs, ex collègues nous racontent qui est Yacine Bammou, l'attaquant du FCN, révélation de ce début de saison...

David Phelippeau

— 

L'attaquant du FC Nantes Yacine Bammou.
L'attaquant du FC Nantes Yacine Bammou. — SIPA

La belle histoire de Yacine Bammou (23 ans) au FC Nantes a bien failli ne jamais se dérouler. Avant sa signature en juin 2013 à Nantes, l’ancien attaquant d’Evry est passé à deux doigts de signer à Angers ou à Vannes… Abdel Djerboua, celui qui est à l’origine de la venue de Bammou à Nantes et dont le nom n’est jamais sorti encore, nous explique ce qu’il s’est passé: «A cause de l’affaire Bangoura, Nantes m’a appelé un jour pour me dire qu’il ne pouvait plus le prendre alors que l’essai du mois d’avril avait été très concluant. A ce moment-là, si Angers ou Vannes avaient été plus réactifs, il était dans le wagon d’un de ces deux clubs…» 

Le SMS de 6h 48

Deux ou trois jours après l’annonce de ce contretemps, un SMS de Matthieu Bideau, responsable du recrutement des jeunes à Nantes, va changer le cours de l’histoire. «Il était 6h 48. Il me dit: "C’est bon, j’arrive en voiture à Paris pour que Yacine tamponne la licence amateur…"» Quelques heures plus tard, Bammou, alors joueur de CFA 2 à Evry et salarié de la boutique du PSG, devient officiellement Nantais.

Tout petit, il ne pensait qu’à ça

Le début de la jolie fable, la suite d’une d’histoire tortueuse. Dès son plus jeune âge, ce natif de la région parisienne n’a qu’une idée en tête, comme beaucoup d’enfants: devenir footballeur professionnel. «Il nous disait : "laissez-moi faire, je sais ce que je fais et ce je veux!", raconte Karim, un de ses grands frères, qui garde l’image de Yacine en bas de l’immeuble en train de jongler dans la rue. Il voulait réussir, il a toujours cru en lui.» Une foi inébranlable en lui qui aurait pu être altéré par un parcours de footballeur souvent chaotique. Gobelins, PUC, Issy-les-Moulineaux, Boulogne-Billancourt, Evry…

Partout, où il passe, Yacine laisse l’image d’un mec «généreux», «travailleur», «qui a toujours la banane et ne fait jamais la gueule», selon Jonathan Perez, un ex-coéquipier à Boulogne-Billancourt, mais pas non plus d’un surdoué du ballon rond. «Si on m’avait dit quand je l’ai eu à Issy-les-Moulineaux en 2008-2009 qu’il réussirait, je ne l'aurais pas cru, reconnaît Nicolas Franceschini, son coach à l’époque. Il n’était pas supérieur à d’autres joueurs sur le plan technique.»

En 2010, il jouait en Excellence parisienne

A tel point que quand il débarque à Boulogne-Billancourt en 2010 (à 19 ans), Yacine, milieu de terrain polyvalent à cette époque, joue davantage en Excellence parisienne qu’en DH! «Il fallait qu’il s’aguerrisse, se défend coach Grégory Benarib. Il avait des étapes à franchir par rapport aux équipes de jeunes.» Un entraîneur qui loue néanmoins l’état d’esprit du jeune homme: «Une fois, Yacine avait fini dans les six premiers du concours national «Nike the chance», une détection de joueurs techniques. Il était qualifié pour aller à Londres mais il n’y est pas allé pour ne pas manquer un match avec son équipe… Il n’a pas privilégié sa personne mais le collectif.»

Des jongles dans l’entrepôt de la boutique du PSG

Rapidement, Yacine, qui a stoppé l’école, prend conscience qu’il lui faut un vrai job à côté du football. C’est le début de l’aventure à la boutique du PSG. Plus souvent au service logistique que derrière un comptoir ou en rayon. Yacine devient préparateur de commandes dans le grand bâtiment de la boutique, qui jouxte le Parc des Princes. «Dans l’entrepôt de 200 m2, on jonglait souvent avec un ballon, raconte, en rigolant, Djamel, un de ses collègues, resté très proche de Bammou. On installait quatre bacs bleus pour faire des petits buts et on se faisait des un contre un. Lui, il était techniquement très à l’aise. Moi, plus agressif que lui.» Très souvent, les deux collègues fans de foot se retrouvent nez à nez avec les pros du PSG. «Nous, les Clio, eux, les Ferrari!»

De milieu de terrain à buteur

Sur les pelouses, Yacine Bammou change de vitesse sous le maillot d’Evry (CFA 2). Ahmed, son ami et partenaire de l’époque, se rappelle: «Il était milieu de terrain mais comme notre attaquant ne marquait pas. Yacine est passé devant. Il était présent sur tous les buts marqués.» Il inscrira d’ailleurs celui du maintien d’Evry lors de son ultime match. Quelques semaines avant l’arrivée du SMS de 6h 48, celui par lequel tout a commencé à Nantes…