VIDEO. Manifestations contre les violences policières : Affrontements à Nantes et Toulouse

société Les manifestations en hommage à Rémi Fraisse ont fait plusieurs blessés, des personnes interpellées...

20 Minutes avec AFP

— 

Un manifestant court pendant la manifestation se déroulant à Nantes le 1er octobre 2014
Un manifestant court pendant la manifestation se déroulant à Nantes le 1er octobre 2014 — gobet

L'après-midi a été chaude. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé que les forces de l'ordre ont interpellé des dizaines de personnes pendant la journée de samedi. A Nantes ce sont 21 personnes qui ont été arrêtées, tandis qu'à Toulouse les policiers ont interpellés 13 individus qui prenaient part aux affrontements.

Ces arrestations font suite aux manifestations contre les violences policières, organisées six jours après la mort de Rémi Fraisse. Ces défilés ont rapidement dégénéré en bataille rangée avec les forces de l'ordre.

Grenades et bouteilles d'acides

A Nantes, des bouteilles remplies d'acides ont été lancées contre les policiers. Un manifestant a lui été atteint par un coup de matraque dans la tempe et deux autres ont été atteints aux jambes par des éclats de grenades de désencerclement.

En fin d'après-midi, les heurts se sont poursuivis, les manifestants, évalués à 800 par la préfecture de Loire-Atlantique, commençant à reculer, protégés par deux palissades de chantier, sous la pression des forces de l'ordre.

Les manifestants, parmi lesquels de nombreux opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame des Landes, ont utilisé des projectiles très variés lançant des bouteilles, des fusées de détresse, ou encore des panneaux de signalisation et des poubelles.

Les forces de l'ordre ont répliqué par des grenades lacrymogènes et assourdissantes et ont tiré des balles de caoutchouc.

 

Des violences aussi à Toulouse

Des échauffourées ont aussi éclaté, samedi après-midi dans le centre de Toulouse. Dans le quartier Esquirol, les CRS ont affronté plusieurs dizaines de jeunes gens décidés à en découdre.

Un abribus a été cassé, une agence bancaire saccagée et des distributeurs automatiques bancaires ont été défoncés à coups de masse, sur une grande artère du centre.