Nantes: Le préfet appelle «au respect de la paix publique» lors de la manifestation de samedi

REMI FRAISSE Un nouveau rassemblement «contre les violences policières» et en hommage au jeune militant décédé sur le site du barrage de Sivens se tient samedi à Nantes. Des appels à la vigilance se font entendre...

Julie Urbach
— 
Des manifestants anti-aéroport Notre-Dame-des-Landes rendent hommage à Rémi Fraisse décédé lors d'altercations avec des policiers à Sivens, le 27 octobre 2014 à Nantes
Des manifestants anti-aéroport Notre-Dame-des-Landes rendent hommage à Rémi Fraisse décédé lors d'altercations avec des policiers à Sivens, le 27 octobre 2014 à Nantes — AFP

A la veille d’une nouvelle manifestation «contre les violences policières» et en hommage à Rémi Fraisse, organisée ce samedi à Nantes par les opposants radicaux à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, la préfecture de Loire-Atlantique «appelle au respect de la paix publique et à la plus grande vigilance».

Ce rassemblement, qui doit partir à 14h de la préfecture, «n’a pas fait l’objet de la déclaration préalable en préfecture exigée par la loi, a-t-elle précisé. Un dispositif de sécurité sera déployé afin de prévenir et de réprimer toute atteinte aux biens et à la sécurité des personnes.»

Lignes coupées en cas d'incident

Par ailleurs, la Semitan a adapté la circulation des transports en commun, déjà en «horaire bleu». La ligne 1 du tramway sera par exemple coupée toute la journée entre François-Mitterrand et Duchesse-Anne. A partir de 13h30, la ligne 2 ne fonctionnera qu’entre Motte-Rouge et Orvault. Pour la ligne 3, la coupure se fera entre Hôtel-Dieu et Bretagne dès 13h30.

«En cas d'incidents demain lors de la manifestation, les lignes bus/tram seront coupées en centre-ville», a ajouté ce matin Alain Boeswillwald, le directeur du réseau des transports, interrogé par France bleu Loire Océan.

Les commerces maintiennent l'ouverture

La police a également recommandé d’éviter le secteur samedi après-midi. Sur son compte Twitter, l’association des commerçants Plein centre a cependant indiqué que les commerces qui avaient décidé d’ouvrir en ce jour de Toussaint maintenaient leur décision.

Lundi soir, une première manifestation partie de la préfecture et réunissant 300 personnes avait dégénéré dans les rues de Nantes, et causé des dégradations. Le scénario s’est reproduit ce jeudi soir, à Rennes.