FC Nantes: Iloki, l'odyssée du gars des Ulis

FOOTBALL Prêté la saison dernière en National à Luçon (85), le milieu de terrain nantais de 22 ans pourrait bien être titulaire, ce mardi, en coupe de la Ligue, contre Laval...

David Phelippeau

— 

Jules Iloki, en noir, a fait ses grands débuts en pro, samedi, à Evian.
Jules Iloki, en noir, a fait ses grands débuts en pro, samedi, à Evian. — @FC Nantes / Arnaud Duret

De Saint-Aubin-la-Plaine, petit village du sud-Vendée, à la plaine des jeux de la Jonelière. En quelques semaines, Jules Iloki, milieu de terrain de 22 ans, a fait le grand écart. La saison dernière, celui qui pourrait bien être titulaire, ce mardi soir, en Coupe de la Ligue, contre Laval, est allé se faire les dents en National avec le club de Luçon (Vendée). Iloki, arrivé dans la maison jaune à 14 ans en provenance des Ulis, plafonnait en CFA. Ce prêt semblait souhaitable.

Mis de côté à Luçon en National au début…

«Ça lui a fait du bien, estime même Samuel Fenillat, le directeur du centre de formation nantais. Il avait besoin de partir seul, de se gérer. Il connaît tellement par cœur le FCN qu’il fallait qu’il parte. Ce fut un choc pour lui de quitter le cocon nantais mais ça l’a fait mûrir.» Les premières semaines s’avèrent très compliquées. «J’avais l’impression que le coach de Luçon ne me faisait pas confiance», reconnaît Iloki. Dans cette galère, il n’est heureusement pas seul. Yacine Bammou a aussi été invité à s’aguerrir sur les terres vendéennes. Les deux vivent sous le même toit.

Une coloc avec Bammou dans la Vendée profonde

«Dans la bonne campagne, s’esclaffe Iloki, qui a oublié le nom de la commune (Saint-Aubin-la-Plaine). Nous, on est Parisiens, on aime le mouvement, les grandes villes. On n’avait même pas de réseaux. Heureusement qu’on s’épaulait.» La colocation semblait complémentaire. «Yacine faisait la cuisine, moi, le ménage.» Côté foot, Iloki, réputé pour aller très vite mais avoir des lacunes techniques, s’accroche. «Pour jouer le maintien, Luçon l’a alors mis titulaire à chaque match, se souvient Matthieu Bideau, le responsable du recrutement des jeunes au FCN. Jules, tu peux aller à la guerre avec lui. Il est toujours à 200 %, qu’il joue à Saint-Mars-la-Jaille ou à Arsenal.»

Souvent pris en exemple à la Jonelière

En fin de saison, le milieu de terrain offensif droit, pro depuis deux ans, revient à la Jonelière. Après de bonnes prestations en CFA, il signe une première entrée en pro le week-end dernier à Evian (0-2). «J’attendais ce moment depuis très, très longtemps, explique Iloki. Aujourd’hui, le travail paie.» Et sa détermination à réussir aussi sans doute. «Après 8 ans chez nous, il dégage la même envie qu’un joueur qui débarque du milieu amateur. On le cite souvent en exemple quand on parle d’endurance mentale», explique Bideau. Une endurance qui a peut-être fini par payer.