HBC Nantes: Le Parisien Kopljar doit-il être sanctionné à titre conservatoire?

HANDBALL Le Parisien, pourtant coupable d’avoir mordu un Chambérien mercredi dernier, pourra jouer contre Nantes…

David Phelippeau avec Floréal Hernandez et Jeremy Goujon

— 

Marko Kopljar lors du match entre le PSG et La Rioja le 12 octobre 2014.
Marko Kopljar lors du match entre le PSG et La Rioja le 12 octobre 2014. — HARSIN ISA/SIPA

Mercredi soir, le HBC Nantes se rend à la halle Carpentier pour affronter Paris. Un choc entre le 2e et le 3e de LNH qui a déjà débuté en coulisses. Ce lundi, dans les colonnes de Ouest-France, le président nantais Gaël Pelletier a expliqué son indignation de voir que l’arrière parisien Marko Kopljar, qui a mordu le Chambérien Benjamin Gille mercredi dernier, n’était pas sanctionné à titre conservatoire. En clair, le joueur tiendra bien sa place, mercredi, contre Nantes...

 

Pelletier très en colère

«Le PSG sera champion, il n’a pas besoin de l’aide de la Ligue, a expliqué Gaël Pelletier à Ouest-France. C’est une décision irresponsable qui fait peu de cas des valeurs de notre sport. La LNH se couche devant le PSG. Je n’ai aucun doute sur le fait, que n’importe quel autre club n’aurait pas eu le même traitement de faveur. La LNH devra gérer ce précédent et nous expliquer à quoi servent les mesures conservatoires.» La LNH a expliqué que le joueur n’avait «pas d’antécédent» et qu’il n’y avait ni «blessure grave», ni «préméditation». Qu’en pensent les dirigeants des autres clubs de LNH? En fait, très peu comprennent la colère du président Gaël Pelletier.

Pelletier pas vraiment soutenu par certains présidents

«J’ai vu le match à la télé, cette première mérite une sanction mais je n’ai pas le souvenir de mesures conservatoires déjà prises dans le hand, explique Rémy Lévy, président de Montpellier. La décision appartient à la commission de discipline qui est souveraine et indépendante.»

Vincent Momper, président de Sélestat: «Il y a une procédure contre Kopljar ou contre n’importe quel joueur qui est suivie. Il va être convoqué par la commission de discipline. En attendant, il a le droit de jouer.»

Au foot, on sanctionne à titre conservatoire

Jean-François Krakowski, président de Saint-Raphaël, n’est pas non plus d’accord avec Pelletier. «Il y a une commission de discipline qui prend des décisions. On ne doit pas réagir sur l’incidence sur le match qui suit…» Même si comparer les sports entre eux (et surtout en matière de discipline) n’est pas toujours opportun, un footballeur, coupable d’un tel geste, serait puni sans aucun doute à titre conservatoire. Récemment, le cas de Brandao l'a démontré.

Cesson-Rennes comprend le courroux de Nantes

Seul Stéphane Clémenceau, le vice-président de Cesson-Rennes, comprend l’ire du cacique nantais: «C’est un geste qu’on ne peut pardonner. On s’attendait à ce que Kopljar prenne cher, donc la décision de la LNH paraît assez hallucinante. Je suis surpris. Le PSG s’en sort bien, tant mieux pour eux, mais je n’ose pas croire que le club est avantagé par la Ligue. La réaction de Gaël, aussi épidermique soit-elle, est quand même légitime. Il va encore se faire des amis…»

Le PSG favorisé?

Jean-François Krakowski, le président de Saint-Raphaël, ne fait sans doute pas partie de ceux-là: «C’est du fantasme de dire que la Ligue protège un club. Faire de la polémique là-dessus, ce n’est pas bien...» Momper embraie: «On est tous logés à la même enseigne. Je n’ai pas l’impression que le PSG bénéficie d’un traitement de faveur.»

Mais, tous ces dirigeants de club auraient-ils tous ce même discours s'ils devaient - comme Nantes - affronter le PSG dans la semaine?