Nantes: Les commerces ouverts les deux dimanches avant Noël ?

CENTRE-VILLE Un voeu en ce sens est soumis au vote du conseil communautaire ce vendredi matin...  

Julie Urbach

— 

NANTES, le 14/10/2013 Illustrations pour ouverture de magasins le dimanche
NANTES, le 14/10/2013 Illustrations pour ouverture de magasins le dimanche — FABRICE ELSNER/20MINUTES

Ce serait une première à Nantes. Et si, les dimanches avant Noël, les magasins ouvraient exceptionnellement leurs portes? Ce vendredi matin, alors qu'à Paris, le ministre de l'Economie rouvre le dossier du travail dominical, un vœu en ce sens est débattu par les 24 maires de Nantes métropole lors d’un conseil communautaire.

«C’est une question importante, autour de l’enjeu de la défense des commerces du centre-ville», a justifié jeudi Johanna Rolland, présidente de Nantes métropole et à l’origine de cette proposition. Avant de rappeler, dans la foulée, son «opposition à la généralisation du travail le dimanche».

Deux dimanches après-midi

Car pour que ce sujet sensible, débattu et balayé depuis des années, puisse faire son chemin, Johanna Rolland prend ses précautions. Alors que la loi autorise pour le moment une ouverture dominicale jusqu’à cinq dimanches par an, la présidente de Nantes métropole n’en a retenu que deux (les 14 et 21 décembre) et uniquement l’après-midi, entre 14h et 19h. La mesure exclurait les hypermarchés, mais aussi les galeries comme Beaulieu.

«C’est une demande ancestrale qui, je l’espère, va enfin voir le jour, réagit Nathalie Deniau-Millon, présidente de l’association de commerçants Plein-Centre. L’ouverture un dimanche permettrait une augmentation de 5 à 10% du chiffre d’affaires du mois de décembre. On en a besoin après cette longue période de travaux.» Stéphane Carreca, de la CGT secteur Commerce, est moins enthousiaste. «Pour l’instant, nous sommes toujours opposés à cette idée. Travailler le dimanche n’est pas une nécessité.»

Si le vœu est adopté, pour que les magasins lèvent leur rideau avant Noël, un accord devra pourtant être trouvé avec syndicats et patrons, a promis Johanna Rolland. La CCI Nantes-Saint-Nazaire aurait déjà donné son accord pour accompagner la mise en place de la mesure. Il reviendra enfin à chaque maire de l'agglomération de signer son arrêté.