HBC Nantes: «On n’a aucun traitement de faveur», insiste Gaël Pelletier

INTERVIEW Le président du «H» répond aux attaques du président du FCN Waldemar Kita…

David Phelippeau

— 

Le président du HBC Nante Gaël Pelletier.
Le président du HBC Nante Gaël Pelletier. — F. Elsner / 20minutes

Ce mercredi soir, le HBC Nantes, co-leader de LNH avec Montpellier, accueille (20h 30) Aix, à Beaulieu. Entretien avec son président Gaël Pelletier, qui est satisfait du début de saison et qui répond aux attaques (de la semaine dernière au CCO) du président du FCN Waldemar Kita.

Nantes co-leader après cinq journées. Ça fait quoi?

Ça fait plaisir car ça veut dire qu’on ne s’est pas planté dans le recrutement et que l’équipe a bien travaillé cet été. Ça ne préjuge pas de la suite, tout ça reste bien fragile, mais on sait que l’équipe peut nourrir des ambitions sur ce championnat.

Le groupe semble avoir mûri…

Les joueurs ont vraiment envie d’aller vers quelque chose de plus grand que ce qu’ils ont connu, même si ce n’est déjà pas mal. L’équipe a pris conscience qu’elle peut faire quelque chose, pas forcément être champion car on n’a pas 14 millions de budget… même si ceux (le PSG) qui ont 14 millions d’euros de budget peinent à annoncer que c’est leur objectif

Entrerrios et Maqueda arrivent en fin de contrat en juin. Est-ce un peu une fin de cycle?

Tout dépend à combien d’individualités on réduit le groupe. Il y en a d’autres joueurs majeurs. Le HBCN c’est quand même une équipe et c’est notre force, ça. Quand des joueurs passent à côté, d’autres prennent le relais. Le groupe est plus large que ces deux joueurs.

La semaine dernière, le président du FC Nantes Waldemar Kita vous a taclé parce que vous êtes exonéré (à l’inverse du FCN) de la taxe sur les spectacles…

Moi, je ne fais pas les lois françaises. Si on est exonérés de la taxe, c’est juste parce que la loi exonère le handball. Avec le basket, le hand reste un sport qui ne draine pas beaucoup d’argent. La loi va sans doute changer. C’est peut-être Monsieur Kita qui va la faire changer…

Lorsqu’il a évoqué des envies de nouveau stade, il a regretté que la Ville de Nantes vous ait donné 500.000 € pour la salle XXL (Nantes-PSG) en décembre dernier…

On ne nous a pas donné 500.000 euros parce que, nous, on n’a rien touché. La Ville a investi dans un équipement qui peut permettre à terme d’accueillir de grands spectacles sportifs. Ça peut être du tennis, du basket, du hand. Si Monsieur Kita pense que seul un grand stade peut faire de la ville de Nantes une ville sportive, moi, je n’ai pas cette même conception. Le devoir d’une ville est de pouvoir offrir un espace qui permet de faire autre chose que du foot.

Ça semble vous agacer…

D’autres sports ont le droit d’exister au-delà du foot. Monsieur Kita ne draine pas toutes les passions sportives du département, de la ville. S’il était marchand de carottes, les gens auraient le droit de manger des pommes de terre non?

Pourquoi êtes-vous autant jalousé sur la place nantaise?

A grand renfort de démagogie, on essaie de faire croire qu’on bénéficie d’avantages que n’ont pas les autres. On n’a aucun traitement de faveur. Que Kita n’essaie pas de conserver ses avantages et en plus de vouloir prendre le peu qu’on a. Moi,  je veux bien échanger ses droits télé contre le montant  des prestations qu’on peut avoir des pouvoirs publics. Je veux bien le rencontrer pour l’échange. Si on lui enlève ses droits télé, on verra ce qu’il lui reste de son club. A mon avis, plus grand-chose.

Ne payez-vous le fait d’avoir été ambassadeur pendant la campagne électorale de Johanna Rolland (actuelle maire de Nantes)?

Sous le seul prétexte que tu es représentant et actif dans une association, tu n’as donc plus le droit d’avoir aucune idée, aucune conscience? Moi, j’avais des envies pour ma Ville. J’estimais qu’elles étaient mieux représentées par cette personne. Pourquoi je regretterais ça? Je m’en fiche des polémiques.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.