Nantes: Davantage de touristes et de retombées économiques locales cet été

ECONOMIE Une étude détaille les caractéristiques du tourisme estival dans la Cité des ducs...

Frédéric Brenon
— 
NANTES, le 01/10/2013 Des touristes devant la cathedrale
NANTES, le 01/10/2013 Des touristes devant la cathedrale — FABRICE ELSNER/20MINUTES

Pas moins de 540.000 visiteurs sont venus visiter Nantes et son agglomération durant la période estivale, soit une fréquentation en hausse de 7% par rapport à 2013. Les retombées économiques directes pour le territoire nantais sont, elles, estimées à 43 millions d’euros. C’est ce qui ressort du premier observatoire du tourisme dévoilé ce lundi par l’agence d’urbanisme de la région nantaise (Auran). D’après l’étude, le visiteur moyen vient plutôt en famille, est âgé d’une quarantaine d’années, est cadre de profession, et originaire du Grand ouest ou de la région parisienne.

On se loge de plus en plus en famille

La part des étrangers, en progrès, est estimée à 15%: Anglais, Espagnols, Allemands en tête. Les excursionnistes (ceux qui viennent à la journée) sont plus nombreux que les touristes (qui passent au moins une nuit), mais le ratio «tend à s'équilibrer» estime l'Auran. Seul un touriste sur deux dort dans un hébergement marchand (hôtel, location, camping, etc.), les autres se logent en famille ou chez des amis, «une tendance de plus en plus répandue». La durée moyenne d’un séjour est de quatre nuits. Plus des trois quarts des visiteurs recommandent la destination. Quant aux critiques, elles visent essentiellement les difficultés d’accès au centre-ville…

Des pistes pour progresser

«Au vu de ces résultats, nous pensons que nous sommes sur le bon chemin», analyse Jean Blaise, patron du Voyage à Nantes. On sait que notre patrimoine est plutôt faible. C'est pour que ça que nous essayons de nous démarquer en mettant en scène l'offre culturelle de la ville.» A l’avenir, pour séduire davantage de touristes, Nantes métropole envisage «un parcours qui mettra en lumière le vignoble de Nantes à Clisson», de même qu’une «mise en valeur des aménagements de l'itinéraire Loire à vélo entre Mauves-sur-Loire et Couëron».