L'aéroport de Notre-Dame-des-Landes plus petit que Nantes-Atlantique?

SOCIETE Le Canard enchaîné, qui dit s'être procuré le permis de construire du projet, relève de grosses surprises...

Frédéric Brenon

— 

Le maintien de Nantes-Atlantique est jugé " inenvisageable " par les maires.
Le maintien de Nantes-Atlantique est jugé " inenvisageable " par les maires. — F. Elsner/20 Minutes

L'aéroport de Notre-Dame-des-Landes sera plus petit que l'actuel aéroport de Nantes-Atlantique. C'est du moins ce qu'affirme Le Canard enchaîné, lequel se serait procuré le permis de construire, toujours en cours d'instruction, du futur projet contesté. «La quasi-totalité des salles, des espaces et des équipements de l'aérogare prévus à Notre-Dame-des-Landes sont au-dessous des préconisations de l'aviation civile», affirme le journal. 

Le jeu des comparaisons

Le hall des départs et arrivées ferait ainsi 2.760 m2 à Notre-Dame-des-Landes, contre 4.200 m2 à Nantes-Atlantique. Les comptoirs d'enregistrement seraient au nombre de 28, contre 34 dans l'actuel aéroport. Les espaces d'embarquement avoisineraient 2.850 m2, contre 3.775 m2 à Nantes-Atlantique. Le nombre de passerelles d'embarquement passerait également de 5 à 2, tandis que les espaces de stationnement des avions diminueraient de 121.600 m2 à 101.800 m2. «Notre-Dame-des-Landes est tout simplement mieux pensé», justifie un porte-parole de Vinci, concessionnaire du projet, cité par le Canard enchaîné.

En fait, seules la salle de livraison des bagages et la galerie commerciale seraient plus vastes: la première trois fois plus grande que celle existante à Nantes-Atlantique, la seconde deux fois plus. 

Saturation annoncée

Le déménagement vers Notre-Dame-des-Landes est en partie motivé par la saturation, annoncée comme imminente, des infrastructures de l'aéroport installé à Bouguenais. Ces dernières vont accueillir en 2014 près de 4 millions de passagers. L'aéroport de Notre-Dame-des-Landes étant, lui, dimensionné pour en recevoir un minimum de 5 millions par an. 

«Je ne sais pas si ces chiffres sont exacts, réagi le préfet de Loire-Atlantique, Henri-Michel Comet. Mais comparer des m2 ne signifie pas grand chose. Le futur aéroport aura des services que Nantes-Atlantique n’a pas. Il sera, en plus, modulable, selon l’évolution du trafic.»