Nantes: Polémique après l'hommage à Hervé Gourdel

POLITIQUE Le secrétaire départemental FN a insulté des militants communistes vendredi soir, lors d'un rassemblement en souvenir de l'otage assassiné...

J.U.

— 

Portrait d'Hervé Gourdel à St Martin Vésubie
Portrait d'Hervé Gourdel à St Martin Vésubie — Bruno Bébert /AP /Sipa

Vendredi soir, le rassemblement en hommage à Hervé Gourdel, ce guide de haute montagne assassinée par des jihadistes en Algérie, a tourné court à Nantes, après que Christian Bouchet, secrétaire départemental du Front national, a insulté des militants communistes, rapporte France-Bleu.

Interrogé le lendemain par la radio locale sur la phrase prononcée («Qu'ils la ferment, qu'ils retournent dans les poubelles de l'Histoire»), l’ancien candidat FN à la mairie de Nantes dit assumer ses propos, insultant au passage les militants PCF.

Une banderole jugée choquante

«Ces militants lui demandaient d'ôter une banderole des grilles de l'Hôtel de Ville sur laquelle il y avait écrit "Hervé Gourdel, encore une victime du terrorisme islamiste", une formule jugée choquante et inopportune par la plupart des participants à cet hommage», explique France Bleu.

Le Parisien s’est aussi fait le relai de cet incident. «Tout est parti de la présence du FN, raconte Marie-Annick Benatre, adjointe (PCF) à la mairie de Nantes. On connaît bien leur démarche de division. Ils étaient là seulement pour stigmatiser.» Interrogé par Le Parisien, Christian Bouchet, s’est défendu : «Hervé Gourdel n'a pas été tué par des terroristes bouddhistes, remarque-t-il. On était là pour dénoncer l'islamisme qui est une déviation politique de l'islam, une version particulière de la religion musulmane.»