FC Nantes: L’affaire Touré est en stand-by

JUSTICE Dans l’histoire des trois points perdus contre Bastia la saison dernière, les avocats nantais attendent la date de l’audience de la Cour administrative d’appel…

David Phelippeau

— 

Abdoulaye Touré, le joueur par qui tout a commencé
Abdoulaye Touré, le joueur par qui tout a commencé — F. Elsner / 20 Minutes

Où en est l’affaire Touré? Pour rappel, le 10 août 2013, le FCN fait entrer en jeu Abdoulaye Touré alors qu’il est suspendu. Le club corse dépose une réclamation après la rencontre, remportée par les Canaris (2-0). Après de nombreux recours devant les instances sportives, le FC Nantes est finalement sanctionné par la LFP. Mi-février, trois points lui sont retirés, lesquels sont réattribués à Bastia.

Nantes perd devant le TA en juin

En juin dernier, le tribunal administratif de Nantes avait décidé de rejeter les requêtes du FC Nantes et de Touré, contestant à la fois la sanction d'un match de suspension ferme prononcée à l'encontre du joueur par la Commission supérieure d'appel de la Fédération française de football le 31 octobre 2013 et le retrait des trois points à la suite du match déclaré perdu par pénalité, décidé par la Commission d'appel de la Ligue de football professionnel le 26 février 2014. A l’époque, dans un communiqué, le club nantais avait fait savoir qu’il allait faire appel devant la Cour administrative d’appel «persuadé que le juge de première instance n’a pas apprécié la portée des critiques formulées par le FCN».

L’affaire pourrait encore traîner…

Aucune date pour la Cour administrative d’appel n’a pour l’heure été fixée. «Le greffe nous avait indiqué en juin que l’audience aurait lieu fin septembre, explique l’avocat du joueur, Ferhat Adoui. Mais depuis, nous n’avons reçu aucune confirmation, aucune date.» Une information confirmée par l’avocat du FC Nantes, Maître Lionel Levain, qui ne croit pas en une audience de la Cour administrative d’appel avant 2015… En cas d’échec devant cette dernière, le club nantais pourra toujours se tourner vers le Conseil d’Etat, l’ultime recours.