FC Nantes: «Rien ne pourra me déstabiliser», affirme Koffi Djidji

INTERVIEW Blessé à l’adducteur tout l’été, le défenseur du FC Nantes compte bien revenir fort...  

David Phelippeau

— 

Le défenseur central du FC Nantes Koffi Djidji.
Le défenseur central du FC Nantes Koffi Djidji. — Pierre Minier/Ouest Media/SIPA

Les malheurs de Koffi au FC Nantes, fin d’un nouvel épisode bientôt? Victime d’une blessure à l’adducteur en fin de saison dernière contre l’AS Saint-Etienne (1-3), le défenseur central du FC Nantes Koffi Djidji n’a toujours pas repris avec le groupe professionnel. Un nouveau pépin physique qui appuie l’idée que le pur produit nantais est très fragile... Interview d’un joueur qui sait qu’il n’a pas pris le train en route en ce début de saison mais qui a toujours l'intention d'y monter.

 

Racontez-nous votre été et où en êtes-vous physiquement?

J’ai repris comme tout le monde. J’ai fait la préparation sans trop toucher le ballon. Mais au stage, à Annecy, j’ai un peu trop forcé. J’ai trop surchargé. Aujourd’hui, ça va. J’espère reprendre avec les pros la semaine prochaine

Vous n’êtes pas épargné par les blessures depuis plusieurs années?

Oui, je ne suis pas épargné mais c’est la vie. C’est comme ça. Malgré tout ce que j’ai eu, j’ai réussi à arriver là où je suis, sans aucune prétention bien sûr. J’ai beaucoup appris de toutes ces blessures. Quand t’es blessé, t’es seul face à ton corps... mais je ne veux pas encore évoquer mes anciennes blessures car j’en ai marre d’en parler. Aujourd’hui, j’avance et je vais revenir.

Vizcarrondo, Djilobodji, Hansen... Il y a une grosse concurrence à votre poste de défenseur central?

Il y a de la concurrence mais je fais partie des concurrents. La saison dernière, le coach m’a fait confiance et ça s’est bien passé. A cause de cette blessure en fin de saison, j’ai perdu un peu de temps mais ce n’est pas grave. Aujourd’hui, j’ai ma place dans cette équipe. Je vais tout faire pour regagner ma place.

Mais vous avez un train de retard par rapport à vos coéquipiers...

Oui, ils ont pris de l’avance. Maintenant pour moi, ça va se jouer dans la tête. Sur le plan technique, ils ont de l’avance car ils jouent mais sur le plan physique j’ai plus bossé qu’eux.

Avez-vous le mental pour vous faire une place dans cette équipe?

Oui, j’ai le mental. Je l’ai d’ailleurs toujours eu, je pense, et je l’aurai toujours, parce que le foot c’est toute ma vie. Il n’y a rien qui pourra - même une grave blessure - me stopper et me déstabiliser dans le foot. Rien ne me poussera vers le bas. Je me relèverai toujours. J’arriverai toujours à faire ce que je veux.