Nantes: Scopitone réveille la ville jusqu'à dimanche

CULTURE La 13e édition du festival nantais mixe depuis lundi musique électro et culture numérique...

Thierry Butzbach (avec Frédéric Brenon)
— 
Christine and the Queens en concert à Paris
Christine and the Queens en concert à Paris — KAMIL ZIHNIOGLU/SIPA

Festival transdisciplinaire du XXIe siècle, Scopitone réunit depuis 2002 la musique électronique et les arts numériques à Nantes. Sa 13e édition gagne une journée supplémentaire (7 jours et 6 nuits), où les concerts seront une nouvelle fois synonymes de découvertes. Si l’on retrouve quelques têtes d’affiche comme Gramatik ou Super Discount, «les trois quarts des 30 artistes présents viennent, vont ou sont en train de sortir leur premier album», souligne Jean-Michel Dupas, le programmateur musical du festival. C’est notamment le cas de la Nantaise Christine and The Queens ce mercredi soir, mais également celui des jeunes français Kangding Ray, Fakear, Salut c’est cool ou encore Joris Delacroix. Cette année encore, Scopitone joue aussi la carte de la diversité. «Nous faisons le grand écart entre beaucoup de styles différents», jubile Jean-Michel Dupas, qui a invité des groupes de quatorze pays (Hongrie, Russie, Allemagne, Autriche…).

Diversité de styles

Entre l’électronica expérimental de l’Américaine Karen Gwyer, l’electro-rock des Anglais Golden Teacher, l’electro-pop du Français SARH et l’electro clubbing de l’Américain Derrick Carter, il y en a pour tous les goûts. La scène anglaise est bien sûr à l’honneur lors des deux nuits electro (Max Cooper, Daniel Avery, Jakmaster, The 2 Bears), tandis que les deux soirées précédentes sous les Nefs font la part belle aux Belges Mumbai Science et The Subs. Côté arts numériques, Scopitone rassemble un plateau alléchant d’artistes doux dingues dont les œuvres et performances sont présentés à Stéréolux, au Lieu Unique, au Château et aux Halles Alstom. Les ingénieurs géotrouvetout sont aussi de la partie, car l’université de Nantes organise aux mêmes dates son colloque scientifique Digital Intelligence.

Jusqu'au 21 septembre. Les concerts se déroulent au Ferrailleur, au Pôle Étudiant, à Stéréolux, au LU, et sous les Nefs .