Occupation de l'usine Seita à Carquefou : le tribunal demande de rétablir l'accès

SOCIAL Six salariés du cigarettier étaient accusés de bloquer le site, dont la fermeture approche...

J.U.

— 

Employees of Seita Imperial Tobacco plant of Carquefou demonstrate in Nantes. Imperial Tobacco announced on april 15 the closure of the factory in Carquefou. Nantes september 12 2014./SALOM-GOMIS_salomgomis.06/Credit:SEBASTIEN SALOM-GOMIS/SIPA/1409121852
Employees of Seita Imperial Tobacco plant of Carquefou demonstrate in Nantes. Imperial Tobacco announced on april 15 the closure of the factory in Carquefou. Nantes september 12 2014./SALOM-GOMIS_salomgomis.06/Credit:SEBASTIEN SALOM-GOMIS/SIPA/1409121852 — SIPA

«Rétablir le libre accès à l’usine». C’est ce qu’a ordonné lundi le tribunal aux salariés de la Seita de Carquefou, rapportent ce mardi Presse-Océan et Ouest-France. La direction avait assigné six d’entre eux pour obtenir la levée du piquet de grève, alors que les négociations menées dans le cadre du plan social continuent.

«La situation est devenue préoccupante sur le site. (…) Les risques sont réels», a justifié la direction dans Presse-Océan. Il y a une semaine, des salariés avaient laissé exprimer leur colère au sujet de la fermeture prochaine du site, et des dégradations avaient eu lieu dans l’enceinte de l’usine. Depuis, ils occupent les lieux autour de palettes en feu.

Le tribunal  a ainsi demandé le «rétablissement de la libre circulation des personnes et des véhicules selon les conditions fixées par la direction», et interdit les feux. Parmi les six salariés mis en cause, cinq ont reçu une astreinte personnelle de 200€ : si les recommandations du tribunal ne sont pas respectées, ils devront payer.