Un cortège contre les plans sociaux

MANIFESTATION Entre 3000 et 7000 personnes ont manifesté hier matin pour la défense de l'emploi industriel en Loire-Atlantique

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Du monde malgré la pluie battante. Entre 3 000, selon la police, et 7 000 personnes, selon les syndicats, ont manifesté hier matin dans les rues de Nantes et de Saint-Nazaire pour la défense de l'emploi industriel en Loire-Atlantique. La situation d'Airbus était bien entendu au centre de toutes les préoccupations. Répondant massivement à l'appel des syndicats, les salariés du groupe aéronautique avaient choisi, dès 8 h, de cesser leur travail pendant quatre heures. Un débrayage suivi par 90 % du personnel des deux usines de Saint-Nazaire (2 400 employés) et quasiment autant à Nantes (2 100 employés). « On se moque de nous, les commandes n'ont jamais été aussi nombreuses, dénonce Yvonnick, opérateur sur le site de Nantes. On ne peut pas laisser faire, ne serait-ce que pour assurer l'avenir des autres sites. »Les « Airbusiens » ont ensuite rejoint les manifestations, gonflées par des centaines de salariés venant d'entreprises où l'emploi est aussi menacé : Alcatel-Lucent (Orvault), Walor (Legé), Trelleborg (Carquefou), Berylco (Couëron), Askea (Clisson) ou RFS (Trignac). Plusieurs personnalités politiques avaient également pris part au cortège, à l'instar de Marie-George Buffet (PC) ou Jacques Auxiette (PS). « C'est une mobilisation significative, considère Patrick Hébert, secrétaire départemental FO. On sent un ras-le-bol qui s'exprime. Il ne faudrait pas grand-chose pour que ça bouge encore plus. »

Frédéric Brenon