Nantes: L'implantation d'un deuxième cœur artificiel confirmée

SANTE L’intervention, véritable prouesse médicale, a été réalisée il y a un mois au CHU...

F.B. avec AFP

— 

Coupe du coeur artificiel total de la société française Carmat
Coupe du coeur artificiel total de la société française Carmat — L. Saubadu/P. Defosseux AFP

L’implantation d’un deuxième cœur artificiel à un patient du CHU de Nantes a officiellement été confirmée, ce lundi, par le ministère de la Santé et le groupe français Carmat, inventeur de la bioprothèse. Cette intervention, véritable prouesse médicale, a eu lieu il y a plus d’un mois. Le malade souffrait d’insuffisance cardiaque terminale et ne pouvait bénéficier d’un greffon cardiaque issu d’un donneur. L’opération, conduite par le professeur nantais Daniel Duveau et son équipe, s’est déroulée «dans de bonnes conditions».

«Nouvelle ère»

«Cette intervention confirme que la transplantation cardiaque entre dans une nouvelle ère grâce à l’engagement et au talent des chercheurs et à l’esprit d’entrepreneur des médecins français», s’enthousiasme Marisol Touraine, la ministre de la Santé. Le groupe Carmat a précisé ce lundi « avoir accompli la moitié de l’essai de faisabilité » de la prothèse sur un total de quatre patients.

Deux autres bénéficiaires seront donc prochainement sélectionnés. Les résultats des différentes opérations, en revanche, ne seront pas communiqués avant la fin de l’essai. La première implantation avait eu lieu le 18 décembre 2013 à l’hôpital Georges-Pompidou à Paris.

Décès

Le premier patient implanté, Claude Dany, 76 ans, avait survécu 75 jours après l’intervention. Une défaillance technique de la prothèse avait alors été évoqué pour expliquer son décès.