Session anti-violence à la fac

UNIVERSITE Ce midi, médecins et infirmières de la médecine préventive vont à la rencontre des étudiants, sur les kiosques info des différents campus. Une étude, menée à Nantes en 2004, révèle en eff...

©2006 20 minutes

— 

L'université se bouge contre les violences faites aux femmes. Ce midi, médecins et infirmières de la médecine préventive vont à la rencontre des étudiants, sur les kiosques info des différents campus. Une étude, menée à Nantes en 2004, révèle en effet que 20 % des étudiantes ont déjà été victimes de violences.« C'est un chiffre énorme, qui dépasse mes craintes », commente Françoise Panizza, médecin au service de médecine préventive. « Le pire ce sont les violences faites sous alcool », estime Françoise Panizza. « Certaines étudiantes, ivres en soirée, culpabilisent après avoir eu des relations sexuelles. Mais le sentiment de culpabilité doit se retourner contre la personne qui profite de la situation. Car c'est du viol. Il faut en parler tout de suite à un médecin, et aussitôt porter plainte. »

G. F.