Le plan de vol d'Airbus se précise

RESTRUCTURATION Les directeurs des sites de Nantes et de Saint-Nazaire ont détaillé hier l'impact que le plan Power 8 devrait avoir sur leurs établissements

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Les directeurs des sites Airbus de Nantes et de Saint-Nazaire ont détaillé hier l'impact que le plan de restructuration Power 8 devrait avoir sur leurs établissements. A Saint-Nazaire, l'usine « Ville » (850 salariés) sera bel et bien cédée et verra « une partie de ses activités actuelles » transférée vers l'usine voisine de Gron-Montoir-de-Bretagne (1 500 salariés). « Mon objectif est de transférer l'intégralité des personnels vers Gron. J'ai jusqu'à fin 2010 pour y parvenir », annonce Gilles Guillon, directeur d'Airbus Saint-Nazaire.Côtés activités, la tuyauterie devrait migrer vers Gron. Celles qui ne seront pas conservées dans le giron d'Airbus (tôlerie...) seront en revanche vendues par « unité », car « le site Ville n'est pas assez homogène pour être vendu dans son ensemble à un seul repreneur ». Confortée, l'usine de Gron devrait voir sa charge de travail augmenter avec la montée en puissance de l'A380 et le lancement de l'A350.Pleinement conforté lui aussi, le site de Nantes-Bouguenais (2 100 salariés) ne sera pour autant pas épargné par Power 8. Car en parallèle à sa réorganisation industrielle, Airbus veut réduire le nombre de ses cols blancs. Les usines françaises seront ainsi amputées de 3 200 postes, dont 300 à Nantes et 350 à Saint-Nazaire. Des coupes à effectuer « d'ici à dix-huit mois », pour moitié entre salariés d'une part, et entre prestataires de service et intérimaires d'autre part. « De nouvelles méthodes de travail nous aideront à mieux faire avec moins de personnes », assure Gérald Lignon, directeur d'Airbus-Nantes.

F. B.