Un nouveau recours en perspective

— 

Les opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont adressé un courrier au ministre des Finances et aux collectivités qui composent le syndicat mixte aéroportuaire. Ils demandent la récupération des sommes versées, ainsi que les intérêts, au concessionnaire AGO entre mai 2011 et novembre 2013. Soit plus de 38 millions d'euros.

Dans une décision qui vient d'être rendu publique, la Commission européenne a déclaré illégale l'aide d'Etat versée sur cette période au motif que Paris ne l'avait jusqu'alors pas déclarée. «Sans action d'ici à deux mois, on saisira les juridictions nationales, indique Françoise Verchère, du collectif CéDpa, constitué d'élus opposés au projet d'aéroport. Il faut être radin avec l'argent public. » Le 16 juin, face au retard pris par le projet, le syndicat mixte avait gelé ces subventions. D. P.