Bangoura veut se faire pardonner

David Phelippeau

— 

Ismaël Bangoura a une grosse soif de revanche pour la saison à venir.
Ismaël Bangoura a une grosse soif de revanche pour la saison à venir. — F. Elsner / 20minutes

Quand on prononce son patronyme, l'affaire vient tout de suite à l'esprit. Ismaël Bangoura (29 ans) a bien du mal à faire oublier qu'il est joueur de football avant d'être celui qui est à l'origine de l'histoire qui a coûté 4, 5 millions d'euros au FC Nantes et un an d'interdiction de recrutement. D'ailleurs, « ces histoires, il ne veut plus en parler», nous confie-t-il d'emblée.

Il n'en parle plus mais il s'en sert comme stimulant pour l'avenir. « Cette année, j'ai envie de prouver, poursuit le Guinéen. Tout ce qu'il s'est passé, on le met ailleurs. Tout ça, c'est du passé. C'est une nouvelle saison qui commence. J'ai envie de montrer plein de choses. » Il avoue alors sa tristesse d'être en permanence associé à l'affaire. «Une bonne saison permettra peut-être aux gens d'oublier et d'arrêter de parler sur moi à droite, à gauche. » L'homme est blessé, le joueur marqué par l'affaire, bien qu'il reconnaisse « avoir été bien soutenu par le président Kita et son fils ». Bangoura répète à l'envi son envie de « prouver» qu'il n'est pas carbonisé comme beaucoup le prétendent. Auteur seulement de treize matchs la saison dernière, le Guinéen veut se frayer un chemin dans les semaines à venir. Et ça part déjà mieux que l'été dernier. Il s'explique : «Quand je suis revenu à Nantes il y a un an, je suis tombé malade (malaria) avant le stage. Je suis parti à l'hôpital. Le FCN a alors fait la préparation sans moi. Le temps que je revienne... » A ce jour, il se sent bien. «Ce que je fais en ce moment, c'est le plus important, se réjouit-il. Toute la saison se joue maintenant pour un footballeur. J'ai envie de faire une bonne préparation et une bonne saison. » Lors des prochains matchs amicaux, Ismaël Bangoura aura sans doute beaucoup plus à démontrer que les autres attaquants.