Donner de soi peut aider à trouver un toit

Julie Urbach

— 

Maxime, Lorraine et Mégane (de gauche à droite) ont organisé la fête de l'école Alain-Fournier, à Bellevue.
Maxime, Lorraine et Mégane (de gauche à droite) ont organisé la fête de l'école Alain-Fournier, à Bellevue. — J. Urbach/20 Minutes

 

L'une se dit classique, la deuxième affiche un style « hippie », et la dernière aime faire la fête. Et pourtant : Lorraine, Maxime et Mégane viennent de vivre pendant un an en colocation, quartier Bellevue. Si les chemins de ces trois demoiselles se sont croisés, c'est grâce au dispositif Kaps, géré par l'association Afev, et réservé aux 18-30 ans. « Nous proposons des logements sociaux à partager, en échange d'actions solidaires menées sur le quartier, explique Guillaume Hernandez, chargé de projet. La sélection ne se fait pas sur les ressources, mais sur la motivation à s'investir.» Le concept, qui s'étend à deux nouveaux quartiers à la rentrée (Ranzay et Rezé Château), se développe : après le recrutement en cours, il comptera 40 « Kapseurs », dans 15 appartements.

Pour 78 m2, Lorraine, Maxime et Mégane n'ont payé, chacune, que 160 € par mois, remboursé en partie par les aides au logement. En contrepartie, les colocataires ont mené à bien, avec enthousiasme, leur mission : organiser la fête de l'école Alain-Fournier, lors de la remise des bulletins. « C'était important d'avoir quelque chose de convivial pour impliquer les parents, les rapprocher de l'école, explique Lorraine. On a beaucoup échangé avec eux et ça a très bien fonctionné ! » L'an prochain, d'autres jeunes gens prendront le relais pour renouveler l'opération. Car deux des trois colocs quitteront Bellevue, un quartier qu'elles ont pourtant appris à aimer. « J'avais de l'appréhension mais au final je n'ai pas senti de pression, estime Maxime. Au contraire, ce n'est pas partout que l'on peut dire bonjour aux voisins ! »