Prairie-au-Duc va décoller

Frédéric Brenon

— 

Image de synthèse du futur quartier jouxtant l'actuel parc des chantiers.
Image de synthèse du futur quartier jouxtant l'actuel parc des chantiers. — MG Design/Samoa

Il ne compte pour l'heure que trois bâtiments livrés : l'école primaire Aimé-Césaire (dix classes), l'école d'audiovisuel Esma-Cinécréatis (500 étudiants et professionnels) et un immeuble d'habitat social (30 appartements). Mais dans moins de dix ans, c'est près de 3 000 habitants, 2 000 salariés, plusieurs centaines d'étudiants, des services publics et des commerces que devrait accueillir le nouvel éco-quartier Prairie-au-Duc, sur l'île de Nantes. Le secteur, qui s'étire grosso modo des Nefs au quai des Antilles, s'apprête à franchir un cap avec le lancement imminent de plusieurs opérations de construction de chaque côté du boulevard de la Prairie-au-Duc.

Deux chantiers symboles


Etablissant la liaison entre l'actuel parc des Chantiers dominé par le Carrousel et le futur grand parc urbain aménagé sur les voies ferrées, le quartier fera la « part belle aux plantations et cheminements piétons ». Il s'attachera également à développer la mixité sociale et des usages, à l'image du bâtiment Imbrika mêlant logements et bureaux, ou du projet Ilink réunissant en plus, sur un même îlot, une résidence de personnes âgées, un gîte, une conciergerie, un espace de coworking, une salle partagée ou des jardins potagers. « Le quartier sera particulièrement attractif pour les familles », promet la Samoa, la société chargée d'aménager l'île. Quant au look architectural des immeubles – sujet à débat récurrent sur l'île –, il privilégiera « l'homogénéité » à la « collection d'objets ». Les plus hauts ne dépasseront pas la dizaine d'étages, les plus petits borderont le parc urbain.