«Je ne me sens pas plus faible avec le ramadan»

Recueillis par Charles Guyard

— 

Pour Cissokho, le ramadan ne pose pas de problème dans sa vie de footballeur.
Pour Cissokho, le ramadan ne pose pas de problème dans sa vie de footballeur. — F. Elsner / 20 Minutes

Porfondément croyant, le Canari Issa Cissokho a entamé le ramadan ce week-end et, malgré la chaleur de l'été et son métier, il assume sa pratique.

Le ramadan est-il compatible avec une vie de footballeur pro ?

Ce n'est pas évident, cela demande une aptitude physique au top. Mais un jour de match, je dois d'être à cent pour cent pour l'équipe donc je m'abstiens.

Des aménagements sont donc possibles ?

Oui. Je suis allé voir un Imam qui m'a dit de ne pas mettre mon corps en danger par rapport à mon métier donc s'il y a des jours où je ne peux pas le faire, je les rattrape après. Comme l'année dernière, je vais jeûner une semaine puis rattraper mes 14 voire 20 jours restants plus tard, les jeudis, une fois qu'on aura repris un rythme normal.

Quel est le risque ?

Je suis musulman pratiquant depuis plusieurs années, et cela ne m'a jamais posé de problème mais c'est vrai qu'avec cette chaleur, le fait de ne pas boire ni manger peut nuire à la santé. Personnellement, je ne me sens pas plus faible. L'année dernière, j'étais un peu fatigué au début mais après, ça a été. La preuve, j'ai tout donné !

Quel est votre rythme pendant le ramadan ?

La nuit, je me lève à 4 heures du matin, j'essaie de boire et manger sainement. Ensuite je fais ma prière puis je pars à l'entraînement. Le soir, j'attends tranquillement l'heure du repas avec ma femme au coucher du soleil, à 22h09 en ce moment.