Garder l'aéroport coûterait deux fois moins cher

Julie Urbach

— 

Une étude plaide pour le maintien.
Une étude plaide pour le maintien. — Archives F. Elsner/20 Minutes

Oui, il est possible de réaménager l'actuel aéroport Nantes-Atlantique, et ce pour un coût presque deux fois inférieur à celui de la construction d'un nouveau à Notre-Dame-des-Landes. C'est, en tout cas, ce qu'affirme une nouvelle étude réalisée par cinq architectes, et présentée ce mercredi par des membres du CéDpa, association d'élus opposés au transfert.

Une évaluation contestée


Alors que l'avancement de la situation semble pour le moment gelé, ce nouveau document plaide pour l'abandon du projet : il évalue à 475 millions d'euros le coût de la réorganisation de l'aéroport actuel dans la perspective d'accueillir 9 millions de voyageurs par an. En novembre, pourtant, la direction générale de l'aviation civile (DGAC) avait chiffré à 825 millions d'euros la somme nécessaire à cette opération, contre 992 millions d'euros pour la construction d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes. « Pour un coût à peine plus élevé, on peut faire un aéroport neuf, plus performant», analysait Paul Schwach, directeur du transport aérien à la DGAC.

Sauf que l'évaluation du scénario du maintien serait biaisée afin de justifier le transfert, selon les opposants : « Dans l'étude de la DGAC, tous les besoins et donc les coûts ont été surestimés, assure Ivan Fouquet, architecte. Les postes de contrôle de sûreté ont été surdimensionnés, comme la surface pour les files d'attentes, ou les parkings avions. Ce dernier point entraîne des frais supplémentaires, pour acheter les terrains nécessaires. ».

■ Désagréments

Pour les partisans d'un nouvel aéroport, le maintien de Nantes-Atlantique est impossible car il nécessiterait d'exproprier des riverains et causerait nuisances sonores et environnementales.