Philippe Grosvalet enterre l'idée de la réunification

— 

« Pour moi, l'idée du rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne est définitivement enterrée. Ça ne bougera plus. Ceux qui se complaisent dans un débat passéiste peuvent continuer à le faire, mais il faut dépasser cette vision étriquée. » Réagissant à la carte des régions de François Hollande, le président PS du conseil général de Loire-Atlantique, Philippe Grosvalet, n'a pas tendu la main aux partisans d'une Bretagne à cinq départements mardi. De référendum, il n'en veut pas sur cette question. « On aurait pu l'envisager si les Pays de la Loire avaient fusionné avec le Poitou-Charentes ou la région Centre. Les habitants n'auraient pas compris. » Partisan de « grandes régions fortes », il plaide toujours pour une fusion des Pays de la Loire et de la Bretagne, comme d'autres élus ligériens. Et à ceux qui fustigent le manque d'identité de ce nouvel ensemble, Philippe Grosvalet assure :« Ça ne tuera pas la culture bretonne. Ce ne sont pas les frontières qui font l'identité. Il faut voir plus large. » F. B.