Quatre maires pour une fusion

RÉFORME TERRITORIALE s élus PS souhaitent une grande région Bretagne-Pays de la Loire...

Julie Urbach

— 

Les maires de Nantes, Brest, Rennes et Saint-Nazaire, lundi.
Les maires de Nantes, Brest, Rennes et Saint-Nazaire, lundi. — J. Urbach / 20 Minutes

Leur position est claire : la Bretagne et les Pays de la Loire doivent fusionner. Alors que le gouvernement planche actuellement sur la réforme territoriale et le redécoupage des régions, les maires socialistes de Nantes, Saint-Nazaire, Rennes et Brest, les quatre plus grosses communes de Loire-Atlantique et de Bretagne, ainsi que le président de Rennes Métropole, sont entrés dans le débat ce lundi en affichant leur unité.

«Cette nouvelle étape de décentralisation doit s'appuyer sur les synergies entre nos territoires, les liens qui existent entre les acteurs économiques, culturels, ou encore issus de l'enseignement supérieur, explique Johanna Rolland. Elle ne peut pas s'envisager seulement sous le prisme institutionnel, vu de Paris. » Les quatre maires, qui ne se prononcent pas pour l'organisation d'un référendum populaire, affirment pourtant que leur position se fait dans l'intérêt de la population. «Ce qui compte, c'est de répondre à l'urgence sociale et économique, insiste Nathalie Appéré, la maire de Rennes. Si l'on veut développer nos territoires, la question du périmètre est naturelle : c'est celui qui englobe la Bretagne et les Pays de la Loire.»

Autres options

Il y a quelques jours, pourtant, Jacques Auxiette, président des Pays de la Loire et Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie qui a longtemps présidé la région Poitou-Charentes, ont émis le souhait d'étudier une possible fusion entre les deux territoires. Une hypothèse dont les partisans de la fusion Bretagne-Pays de la Loire ne veulent pas entendre parler. « Vu de Bretagne, cela voudrait dire que l'on nous isolerait, justifie François Cuillandre, maire de Brest. Cela mettrait en péril nos collaborations. » Quant à une fusion avec le seul département de Loire-Atlantique, pour le retour à une Bretagne historique, il n'en est pas question non plus. « Les Pays de Loire ont montré leur capacité à travailler en commun. Ce n'est pas maintenant que l'on va casser le mécanisme », estime Nathalie Appéré.

Lettre au président

Jacques Auxiette, président de région, a écrit à François Hollande. Il lui rappelle son vœu de garder la région unie, en fusionnant avec la Bretagne. Le rapprochement avec Poitou-Charentes est aussi évoqué.