La région débat de son avenir

Frédéric Brenon

— 

L'hôtel de région, sur l'île de Nantes, est un symbole des Pays de la Loire.
L'hôtel de région, sur l'île de Nantes, est un symbole des Pays de la Loire. — F. Elsner / 20 Minutes

Alors que les hypothèses de redécoupage des régions se multiplient depuis un mois dans le cadre de la réforme territoriale qui s'annonce, le conseil régional des Pays de la Loire a décidé de prendre son destin en main en réunissant ce mardi une session extraordinaire sur le sujet. Près de 300 élus et représentants de la société civile vont débattre sur l'avenir de l'institution. Mais, d'ores et déjà, les positions des uns et des autres se font connaître. Ce lundi, un « appel pour l'unicité des Pays de la Loire » a ainsi été lancé par 120 acteurs de la région. Parmi eux, de nombreux élus de gauche, quelques élus de droite, mais aussi le président de la chambre régionale de commerce et d'industrie, du Medef, des présidents d'associations, ou des représentants du monde universitaire et de la culture. Sans oublier Jacques Auxiette, le président PS du conseil régional et instigateur du débat. « Les Pays de la Loire sont une terre de diversité et d'équilibre dont le succès repose sur la coopération et la confiance, sur son unité », justifie l'appel, qui précise aussi qu'il « ne saurait être question [d'imposer] une carte depuis Paris ».

Référendum


Pas opposés à un démantèlement des Pays de la Loire, voire, pour certains d'entre eux, partisans d'une réunification de la Loire-Atlantique et de la Bretagne, les élus d'Europe écologie craignent que cet appel à l'unicité ne « restreint d'emblée le débat ». « Dans l'intérêt de tous les habitants, nous espérons un débat qui soit le plus ouvert possible, sans conservatisme, ni pré carré à défendre. Cette réforme est attendue et on ne souhaite pas qu'elle fasse flop », réagit Jean-Philippe Magnen, vice-président du conseil régional, qui invite à « dépasser la question du redécoupage pour se recentrer sur l'enjeu des compétences et des moyens ». La semaine dernière, une dizaine d'élus de droite et du centre-droit ont réclamé l'organisation d'un référendum sur l'avenir des Pays de la Loire. Ils ont aussi plaidé pour un rapprochement avec les régions voisines plutôt qu'un démembrement.

■ Bretagne historique

Après avoir mobilisé près de 10 000 personnes pour la réunification de la Bretagne historique le 19 avril, les associations pro-rattachement manifesteront devant le conseil régional en session ce midi.