La Beaujoire ressent le poids des ans

ÉQUIPEMENT e stade occupé par le FC Nantes célèbrera jeudi son trentième anniversaire

Frédéric Brenon

— 

Bien qu'apprécié des supporters, le stade Louis-Fonteneau, inauguré le 8 mai 1984, est désormais un peu dépassé.
Bien qu'apprécié des supporters, le stade Louis-Fonteneau, inauguré le 8 mai 1984, est désormais un peu dépassé. — Archives F. Elsner/20 Minutes

Le 8 mai 1984, le stade de la Beaujoire accueillait le premier match de son histoire. Trente ans après, l'enceinte fait partie de l'identité de la ville et est appréciée des supporters. Sa conception «à l'anglaise» et l'absence de grillages demeurent des atouts propices à l'ambiance. La qualité de la pelouse, les vestiaires et la desserte en transports peuvent aussi, à un degré moindre, être érigés en points forts. Mais dans de nombreux domaines, la Beaujoire commence à souffrir du poids des ans. Hafid Abdelaziz, responsable technique du stade depuis 14 ans, peut en témoigner.

Une liste de carences

«Elle répond toujours aux normes de la ligue nationale et des coupes d'Europe. Mais elle a bien besoin d'un toilettage et affiche des carences liées à sa génération. Dans l'accueil des spectateurs par exemple, trois tribunes n'ont pas de dossier aux sièges. C'est quelque chose qu'il faudra changer à moyen terme, on le sait. On a également un passage obligé par les grilles principales qui ralentit considérablement les flux juste avant le match. On manque aussi de sanitaires, en particulier pour les femmes, et de caméras de vidéosurveillance pour veiller à la sécurité. Il nous faudrait encore un parking plus grand pour les personnes à mobilité réduite. »

Au niveau de l'accueil des médias, la zone mixte a fait son temps et le besoin d'un studio TV se fait sentir. Quant à l'accueil des partenaires et VIP, c'est l'exiguïté qui pose problème. «On a transformé des cabines de commentateurs en loges, on a installé un chapiteau sur le parking. Mais ça reste insuffisant, regrette Eric Chevrier, directeur commercial du FC Nantes. C'est comme si on emmène les gens dans une Clio alors que le standard est un monospace. Ça freine notre développement bien sûr. Ça nous oblige à s'adapter et à se montrer malin. »

 

■ Deux liftings depuis l'Euro 1984

Créé pour l'Euro 1984 de football, le stade de la Beaujoire Louis-Fonteneau a bénéficié depuis de deux liftings : en 1998 pour le Mondial de foot et en 2007 pour la Coupe du monde de rugby. Outre l'accueil habituel des matchs du FC Nantes, il reçoit parfois du rugby, des concerts ou des spectacles.