Les arguments de la défense

©2006 20 minutes

— 

Deux des trois accusés les plus lourdement sanctionnés ont fait appel. Parmi eux, Eric J. a été condamné à vingt-huit ans de prison, pour treize viols et deux agressions sexuelles. Ce maçon s'est aussi rendu coupable de « proxénétisme aggravé en bande organisée et en récidive ». « Certaines infractions sont incompatibles avec son statut intellectuel, estime son avocate Laurence Charvoz. On le présente comme le grand responsable du réseau, alors qu'il ne sait ni lire ni écrire. » Jean-Marc J., sans profession, demande l'acquittement, après avoir écopé de vingt-six ans de prison. « Les déclarations des enfants sont contradictoires avec son emploi du temps », assure son avocat Mikael Poinson.

G. F.