La santé de l'estuaire décline peu à peu

ENVIRONNEMENT Un plan pour guérir l'estuaire. Les études réalisées depuis six ans à la demande de la communauté estuairienne (collectivités, Etat, agence de l'eau, port) pour mesurer la santé du fleuve ont rendu hier leurs conclusions. Et celles-ci confirment à l'...

©2006 20 minutes

— 

Un plan pour guérir l'estuaire. Les études réalisées depuis six ans à la demande de la communauté estuairienne (collectivités, Etat, agence de l'eau, port) pour mesurer la santé du fleuve ont rendu hier leurs conclusions. Et celles-ci confirment à l'échéance 2040 la dégradation de l'estuaire déjà constatée ces dernières années (remontée de l'onde de marée, augmentation de la salinité, progression du bouchon vaseux).

« Les perspectives d'évolution ne laissent pas entrevoir d'amélioration. Le lit du fleuve ne saura se régénérer naturellement. L'élévation du niveau de la mer conduira à une poursuite des dégradations », indique le groupement d'intérêt public Loire estuaire. Des perspectives qui incitent les politiques à agir : un programme de restauration progressif (construction d'un ouvrage de retenue d'eau à la Martinière, comblement des fosses dans le chenal de Nantes, création de vasières en amont de Paimboeuf) est ainsi en cours d'élaboration. Un « comité estuaire » devrait aussi voir le jour.

F. Brenon