A l'intérieur du Château des ducs

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Fermé au public depuis trois ans, le Château des ducs de Bretagne rouvrira dans deux semaines, le 9 février. Hier, la presse a eu le privilège de découvrir l'intérieur de la forteresse, totalement réaménagé au terme de quinze ans de travaux. Visite du propriétaire en avant-première.

L'entrée s'effectuait auparavant par le seul pont-levis. Désormais, l'édifice bénéficie de deux accès supplémentaires : la poterne de Loire, côté tramway, et le pont de secours, place Duchesse-Anne. On pénètre ensuite dans la cour, débarrassée de ses arbres et donc étrangement nue. La blancheur retrouvée des façades de tuffeau s'offre à la vue. C'est d'ici que part le circuit des remparts, première attraction du nouveau château. Cinq cents mètres de chemin de ronde, proposant un point de vue inédit sur les douves et la ville, sont ouverts pour la première fois au public, gratuitement. « C'est une promenade urbaine qui devrait surprendre les Nantais », estime Marie-Hélène Jouzeau, directrice du château.

On redescend dans la cour. « Les Oubliettes », un café-restaurant installé sur deux niveaux entre la Conciergerie et la tour du Vieux Donjon, sert ici toute l'année. Dans l'ancienne cuisine des ducs de Bretagne, on trouve aussi une librairie-boutique.

L'autre attraction du lieu est installée dans les bâtiments du xve siècle de l'ancienne résidence ducale. Entre les combles, les chambres fastueuses et les sous-sols, le nouveau musée d'histoire de Nantes remonte le temps : de l'époque gallo-romaine à la fin du xxe siècle, en passant par l'Edit de Nantes, la traite négrière, la reconstruction d'après-guerre ou le déclin du port. Trente-deux salles à parcourir, plus de huit cents objets de collection (dont le reliquaire du coeur d'Anne de Bretagne), des ajouts multimédia dernier cri et un prix d'entrée accessible : 5 e pour le plein tarif. « L'ensemble comptera beaucoup pour le développement touristique de Nantes », se réjouit Jean-Marc Ayrault.

Frédéric Brenon