«Pour l'instant, je n'ai pas de tueurs au FC Nantes»

Propos recueillis par David Phelippeau

— 

Le FC Nantes a la plus faible attaque de L1 (28 buts comme Nice), mais Baronchelli ne s'inquiète pas pour autant.
Le FC Nantes a la plus faible attaque de L1 (28 buts comme Nice), mais Baronchelli ne s'inquiète pas pour autant. — J.-S. Evrard / AFP

Cela va devenir le sujet à la mode à Nantes. Qui sera capable, à l'avenir et en l'absence de Djordjevic, de marquer des buts pour les Canaris ? A Monaco, le FCN, défait (3-1), a manqué de réalisme dans la zone de vérité. Le coach adjoint Bruno Baronchelli le reconnaît, mais ne s'inquiète pas pour autant. Y aurait-il là une bonne dose de méthode Coué ?

Quelle analyse faites-vous avec le recul de la défaite (3-1) à Monaco ?

Ce qui est positif, c'est d'avoir des occasions, et on en a pas mal depuis quelques matchs. Le souci, c'est qu'on ne les met pas au fond. Un jour, il va falloir arriver à les mettre... Sinon, on est toujours à la merci d'un but de l'adversaire.

En tant qu'ancien attaquant, quelle est la solution?

Déjà, il faut continuer à se créer des occasions. Là, on est dans le dur mais ça va finir par rentrer. Il faut aussi leur donner confiance et ne pas les matraquer de critiques. S'ils commencent à se cacher, ça ne marchera pas. Ce que font les attaquants, c'est bien. Après, on doit être plus efficaces, plus tueurs. Et pour l'instant, je n'ai pas de tueurs.

Est-ce inquiétant pour l'avenir à moyen terme ?

De toute façon, il n'y aura pas 50 000 solutions dans un proche avenir. Mais nos attaquants vont aller en s'améliorant parce que ce sont des joueurs de qualité (Audel, Aristeguieta, Bangoura...). Ils sont tous capables de marquer des buts. Ils ont le profil pour marquer. Aujourd'hui, il leur manque la confiance. Une fois qu'ils auront mis un but, ça devrait aller...