Une décennie de gauche à la région

Frédéric Brenon

— 

Jacques Auxiette devant le tram-train de la ligne Nantes-Châteaubriant.
Jacques Auxiette devant le tram-train de la ligne Nantes-Châteaubriant. — Archives F. Elsner / 20 Minutes

Le 2 avril 2004, la région Pays de la Loire, jusque-là acquise à la droite, basculait à gauche. Dix ans après, quel bilan pour Jacques Auxiette et son équipe ? Au chapitre des réussites, le président socialiste du conseil régional souligne plusieursréalisations : pack 15-30 pour l'autonomie des jeunes, suppression de la taxe sur les permis de conduire, achat de 112 trains neufs et doublement de la fréquentation des TER, ouverture de la ligne Nantes-Châteaubriant, itinéraire Loire à vélo, emprunts citoyens…

Réussites et regret


La gratuité des manuels scolaires, celle des formations sanitaires et sociales, ou la construction de lycées publics à Clisson ou à Beaupréau (là où il n'y avait que des lycées privés) sont aussi citées comme des « décisions symboliques d'une politique de gauche ». Mais la principale fierté de Jacques Auxiette est « d'avoir redonné confiance à la filière industrielle » grâce au lancement du Technocampus sur les matériaux composites, au développement de la filière éolienne ou aux « anticipations des difficultés de la navale ». Au chapitre des regrets figure l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, dont les travaux n'ont pas encore débuté. «  Ma détermination n'a pas changé », assure-t-il.

Interrogé sur le bilan de cette décennie, le chef de file de l'opposition, François Pinte (UMP), se montre bien plus critique. « Les impôts ont fortement augmenté, l'endettement est tel qu'il diminue nos capacités d'investissement futures, le projet d'aéroport est bloqué, la liaison Nantes-Rennes n'a pas été réalisée, les dépenses de communication ont explosé… A force de s'éparpiller en voulant faire plaisir à tout le monde, on ne voit pas la lisbilité de l'action régionale. »

■ Retour de la droite en 2015 ?

La déroute de la gauche dans plusieurs villes de la région (Angers, La Roche-sur-Yon, Laval…) annonce un scurin extrêmement serré pour les élections régionales de 2015. D'autant plus que Jacques Auxiette ne sera pas candidat à sa propre succession. « Les élections régionales, c'est toujours compliqué », commente ce dernier. « Il y a une grande déception des Ligériens. Mais on ne vend pas la peau de l'ours avant de l'avoir tué », ajoute François Pinte.