«On se pose des questions pour l'avenir»

— 

Elles ne sont pas payées mais elles jouent le jeu. Depuis le début de la saison, les filles de Nantes Rezé ont subi de nombreux retards de paiement mais elles n'ont jamais semblé démobilisées. «Dans nos têtes, on sait ce qu'on veut, explique la pivot Marielle Amant, qui n'a jamais connu une telle situation. Il faut qu'on accroche la sixième place.» Tandis que beaucoup de sportifs professionnels auraient sans doute lâché délibérément dans l'attente de leurs salaires, les Nanto-Rezéennes ont choisi de ne pas baisser les bras. «On a décidé de continuer pour nos fans et tous les bénévoles du club», poursuit Amant. «Si on s'était arrêté de jouer, qu'est ce que ça aurait apporté de bon ? interroge la capitaine Caroline Aubert. Ça aurait aidé le club ? Non. Ça aurait envenimé les choses ? Oui. Si on s'arrêtait de jouer, on aidait le club à couler.»

Quant à l'avenir à plus long terme, les joueuses ne cachent plus leurs inquiétudes. «C'est inévitable, on se pose des questions sur ce qu'il se passe maintenant mais aussi sur ce qu'il peut se passer à plus long terme», avoue Marielle Amant. D.P.