La vase va valser à Rezé

Frédéric Brenon

— 

La drague va retirer les sédiments accumulés au fond du port rezéen.
La drague va retirer les sédiments accumulés au fond du port rezéen. — F. Elsner / 20 Minutes

Abandonnés par ses bateaux depuis une semaine, le port de Trentemoult a reçu la visite d'une embarcation inhabituelle ce mercredi : une drague aspiratrice. Cet énorme navire doit mener à partir de lundi une importante opération de désenvasement. Une couche de 1, 50 m de vase, soit quelque 15 000 m3 de sédiments, doit être extraite puis rejetée au milieu de la Loire d'ici au 18 avril.

Pas de solution miracle


Le problème n'est pas nouveau. Régulièrement, la vase envahit le port rezéen au point de paralyser l'activité des 24 voiliers amarrés. « La couche s'épaissit et le tirant d'eau devient insuffisant pour les entrées et sorties. Ces derniers mois, les bateaux ne bougeaient plus que lors des gros coefficients de marée », déplore Sibyl Poddany, du service Projets de Nantes métropole. « Le dernier désenvasement date de 2008 et il était grand temps d'intervenir, confirme Yann Vince, adjoint au maire de Rezé. L'envasement est un phénomène naturel inévitable, dû à la configuration géographique, en anse, du port de Trentemoult. Beaucoup d'études techniques ont été menées pour trouver une solution. La meilleure semble être celle d'un dragage régulier. Mais on ne fera pas de miracle. On sait bien que le problème se reposera dans quelques années.» L'opération coûte 200 000€. Faut-il alors vraiment remettre la main à la poche ? « C'est un choix, justifie Yann Vince. Le port de Trentemoult fait partie de l'identité de Rezé et contribue à l'attractivité du quartier. Les gens y sont très attachés. Sans intervention, il serait condamné à terme. »