«Une saison un peu inattendue»

Propos recueillis par David Phelippeau

— 

" La Coupe d'Europe ? Il faut y aller avec des moyens ", estime Quinquis.
" La Coupe d'Europe ? Il faut y aller avec des moyens ", estime Quinquis. — F. Elsner / 20minutes

Il l'affirme sans hésiter : «Je n'aurais jamais imaginé faire une telle saison.» Et pour cause : à deux journées du terme de la Ligue A de volley, le VB Nantes vient de grimper sur la 3e marche du podium et jouera le 5 avril prochain la finale de la Coupe de France contre Cannes. Inimaginable pour un club plutôt habitué aux profondeurs du classement de l'élite depuis trois ans…

Comment expliquez-vous un aussi beau parcours cette saison ?

Avec Dominique Duvivier (son adjoint), on a vraiment tiré les enseignements de la saison passée pour le recrutement. On a pris l'été dernier des joueuses expérimentées. Beaucoup ont évolué dans des grands championnats européens et ont joué le haut du tableau dans ces derniers. On a aussi deux joueuses belges qui viennent de remporter la médaille de bronze aux derniers championnats d'Europe. Avec Dominique, on communique beaucoup plus aussi que la saison passée… Avec notre groupe cette année, le projet collectif passe avant le projet individuel de chaque joueuse. La saison passée, avec certaines, c'était l'inverse…

Vous attendiez-vous à de tels résultats ?

C'est une saison un peu inattendue. C'est exceptionnel par rapport à notre budget (830 000 €, 9

e

de Ligue A). En attendant, les filles méritent ce qui leur arrive car elles travaillent beaucoup.

Quels sont les objectifs maintenant ?

Les objectifs des dirigeants (finale de la Coupe de France et play-offs) sont atteints. Maintenant, on a plus un projet de groupe qui est d'aller le plus loin possible dans les deux épreuves…

La Coupe d'Europe est acquise ?

On a des 90 % de chances d'y être. Si on y va, il ne faut pas être désarmé et avoir des moyens car ça peut faire beaucoup de dégâts. Il faut 12 joueuses (au lieu de 11 aujourd'hui) et une augmentation du budget. La subvention (200 000 €) de la mairie accordée aux clubs nantais qualifiés en Coupe d'Europe sera nécessaire mais il n'y a aucune raison qu'on ne l'ait pas.