Bon pour le moral mais pas sur le plan comptable

David Phelippeau

— 

Samedi après-midi, les Nantais (ici Touré et Djidji) ont empêché les Lillois (Origi en photo) de développer leur jeu.
Samedi après-midi, les Nantais (ici Touré et Djidji) ont empêché les Lillois (Origi en photo) de développer leur jeu. — M. Spingler / AP / Sipa

C'est un sacré paradoxe. Le FC Nantes a réalisé, samedi, à Lille, l'une de ses plus belles prestations de l'année 2014 mais pas du tout une belle affaire sur le plan arithmétique. Les Canaris (15es) ont fait vaciller le 3e de Ligue 1 et ont pris un point qui pourrait compter en fin de saison. Problème, ils sentent de plus en plus le souffle des poursuivants (Valenciennes, Sochaux) sur leur nuque. Les Nordistes, premiers relégables, sont ainsi revenus à cinq longueurs. L'entraîneur Der Zakarian ne s'épanche pas sur le classement et préfère insister sur la performance de ses hommes à Lille. «C'est dans la continuité de ce qu'on a fait la semaine dernière contre Ajaccio (2-2). On était bien compacts pour défendre et attaquer. On a concédé aucune occasion nette dans le jeu.»

Retour en arrière…


Samedi, le FCN nous a fait revenir quelques mois en arrière. Solide, pas flamboyant dans le jeu mais cohérent. Des vertus qui ont permis aux Canaris de titiller le top 5 à une époque. «On les a perturbés, poursuit Der Zakarian. On ne les a pas laissés évoluer comme eux l'entendaient. Ils pensaient qu'ils allaient nous marcher dessus tranquillement mais on a montré qu'on avait du caractère. Ça ne sourit pas en ce moment mais il faut persévérer et aller chercher une victoire vite.»